Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Agriculture biologique

L'État accentue son soutien au bio

La baisse des ventes de produits bio en 2021 s’observe principalement dans les grandes surfaces et les magasins spécialisés. © ​Monticellllo / Adobe Stock
© ​Monticellllo / Adobe Stock

Renforcement du Fonds Avenir Bio, financement d’une nouvelle campagne de communication à destination des citoyens et des consommateurs, la filière bio va bénéficier de fonds supplémentaires de la part du Gouvernement.
 
À l’occasion des Assises de l’agriculture et de l’alimentation biologiques, qui se sont tenues le 6 décembre dernier à Paris, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, a annoncé la mise en œuvre de plusieurs dispositifs afin d’accompagner les professionnels et d’aider à la relance de la consommation.
Après avoir atteint un pic de consommation et de vente en 2020, l’ensemble des filières biologiques traversent, depuis plusieurs mois, des difficultés en raison de la stagnation voire de la baisse de consommation du bio. 
Le ministre a ainsi expliqué que :

Les critères du Fonds Avenir Bio vont évoluer afin de pouvoir financer davantage de projets visant à structurer et développer des débouchés pour les filières bio. Ce fonds sera d’ailleurs augmenté de 5 millions d’euros en 2023 pour un montant total de 13 millions d’euros.

Il a également ajouté que des moyens financiers supplémentaires seront accordés à l’Agence Bio afin d’engager d’ici la fin de l’année des études visant à avoir rapidement une compréhension plus fine de la crise, et notamment des motifs de la diminution de la demande.
Comme le précise le ministère dans un communiqué :

Cette étude servira de travail préparatoire en vue de l’étude prospective qui sera ensuite menée en 2023 visant à réfléchir aux scénarios de consommation du bio à l’horizon 2040. Elle permettra aussi de cibler la communication des prochains mois.

Enfin, une nouvelle campagne de communication sur le bio sera déployée avec un financement par l’État à hauteur de 750000 euros et une demande à l’ensemble des interprofessions d’apporter leur contribution pour compléter cet apport financier mais aussi de s’impliquer dans la mise en œuvre de la campagne.
 

Ajouter un commentaire