Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Commercialisation

Les cours de la laitue flambent en janvier

Le manque de disponibilités en Europe a contribué à l’envolée des cours. Photo : C. Zambujo/Pixel image
Le manque de disponibilités en Europe a contribué à l’envolée des cours. Photo : C. Zambujo/Pixel image

Les cours de la laitue se sont envolés en janvier en raison du manque de disponibilités en France mais aussi en Europe du Sud, où le gel et le froid ont été néfastes aux cultures de légumes. Selon Agreste, les prix de la laitue cultivée en France se situaient 52 % au-dessus de la moyenne 2011-2015 et 76 % au-dessus des cours de janvier 2016 qui avaient été particulièrement bas.
Cette évolution haussière est intervenue après une période de marché calme jusqu'à fin décembre.

Le début de campagne 2016-2017 a été marqué par des prix de la laitue d'été en forte hausse sur un an. Les cours se sont ensuite repliés à partir du mois d’août puis se sont quasiment maintenus jusqu'en octobre, en lien avec la raréfaction de l'offre correspondant à la fin de la production des régions du Nord, de l'Ouest et du Centre-Ouest. Les prix ont ensuite affiché une nouvelle inflexion, à la baisse, en novembre avec la montée en gamme des récoltes du Sud-Est.
 

Une production d’hiver en net recul

Selon les dernières estimations, lors de la période hivernale de production qui s'étend d'octobre à avril, la superficie de laitue se situerait à 4 043 ha, en retrait de 8 % par rapport aux surfaces d'hiver de la campagne 2015-2016. Les surfaces de batavia et de laitue à couper, avec respectivement 40 et 32 % des surfaces, diminueraient de 5 et 10 % sur un an ; celles implantées en variété "autre pommée" de 8 %. Les surfaces dédiées à la culture de la laitue romaine demeureraient marginales. Sur l'ensemble de la campagne 2016-2017, la région Paca, première région productrice pour la batavia, confirmerait une diminution de 11 % de ses surfaces de laitues sur un an et un repli de 20 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Les surfaces resteraient stables en région Centre et en Bretagne par rapport à 2015 et diminueraient de 5 % en Île-de-France en raison des inondations du printemps dernier.
Avec 306 millions de têtes, les récoltes d'hiver de laitue diminueraient de 10% sur un an, avec un recul marqué de la laitue à couper (- 18 %) et en léger retrait pour la batavia (- 1 %).
 

Ajouter un commentaire