Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Observatoire Familles Rurales

Plus de fruits français dans les étals ?

Même s'il est difficile de quantifier la part des fruits français dans les rayons, il apparaît que certaines enseignes de la grande distribution ont davantage mis en avant l’origine France dans leurs opérations de communication. Photo : Fotolia.

Comme chaque année depuis 2007, les veilleurs du réseau Familles Rurales ont passé à la loupe les prix de 8 fruits et 8 légumes, en distinguant leur origine, mais aussi leurs surfaces de vente.
 
Les fruits moins chers

Après une année 2013 marquée par les prix les plus élevés depuis la création de l’observatoire, l'année 2014 connaît une baisse, essentiellement portée par le prix des fruits, qui revient au niveau de celui de 2012 (3,34 euros le kilo en 2014 contre 3,78 euros en 2013, soit une baisse de 12 %).

Les plus fortes baisses concernent la pomme, le melon et la pêche (- 23 %), la poire (- 20 %), la nectarine (- 18 %) et l’abricot (- 16 %). Le prix moyen des légumes subit, quant à lui, une baisse limitée et reste proche du prix maximum constaté par l’observatoire en 2008 et 2013 (2,15 eurosen 2014 contre 2,21 eurosen 2013).

L'origine France plus présente ?

Cette année, l’observatoire a relevé une plus grande offre des fruits et légumes d’origine France, notamment en grande distribution. L’offre étrangère y est plus présente en juin (62% de produits français contre 38% pour les produits étrangers) qu’en juillet (79 % contre 21 %); la production française arrivant souvent à maturité un peu plus tard sur le marché.

Un constat vérifié par Interfel : « Il semblerait effectivement que les produits français aient été plus présents sur les étals cet été qu’en 2013, du fait de l’abondance des récoltes pour la plupart des fruits et légumes en lien avec des conditions météo favorables au printemps, ayant conduit à des volumes en hausse et une belle qualité des produits. De plus, certaines enseignes de la grande distribution ont davantage mis en avant l’origine France dans leurs opérations de communication. »

Interfel dubitative

Mais l’Interprofession des fruits et légumes frais se veut vigilante face aux résultats de cet observatoire et s’interroge sur la méthodologie mise en place notamment en ce qui concerne les relevés d’origines.

« Si l’on recense les différentes origines de toutes les références d’un rayon, encore faudrait-il ensuite prendre en compte les volumes écoulés pour chacun des produits, explique-t-on au sein du service Etudes et données. On comprend donc qu’il est difficile de quantifier exactement la part des produits français et importés dans les rayons. »

Note : Deux vagues de relevés de prix ont été effectuées pendant les semaines du 9 au 15 juin et du 7 au 13 juillet 2014 par 69 veilleurs répartis sur 37 départements français.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire