Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Réunion technique

La Tapy repart du bon pied avec la cerise

René Reynard a annoncé qu'il quittait la présidence de La Tapy lors de l'AG le 17 juin. C'est Gérard Roche qui a été élu pour lui succéder. Photo : Pixel image
René Reynard a annoncé qu'il quittait la présidence de La Tapy lors de l'AG le 17 juin. C'est Gérard Roche qui a été élu pour lui succéder. Photo : Pixel image

Les lignes bougent au Domaine expérimental La Tapy. Après une année difficile marquée notamment par une absence de direction, la réunion technique Cerise le 28 juin dernier a sonné comme un nouveau départ. Et une grande partie de la profession a tenu à être au rendez-vous.

Gérard Roche succède à René Reynard

René Reynard a ainsi introduit l’après-midi en saluant son successeur à la présidence de la station : Gérard Roche, membre du bureau de la chambre d'agriculture de Vaucluse et également vice-président de Légumes de France
René Reynard compte toutefois poursuivre son implication en tant que responsable de la commission technique raisin de table.

Au poste de directeur : Bruno Scherrer, ex-directeur de Légumes de France, qui a été mis à disposition par la chambre d’agriculture du Vaucluse depuis le 13 juin.

Booster la fréquence d'achat

C’est Alexandra Lacoste, la directrice de l’AOP Cerises de France qui a ouvert le bal avec les chiffres clés de l’évolution du verger et de la consommation

On note ainsi un taux de renouvellement des vergers insuffisant de 3% avec, en 2015, seulement 13 ha de recensés dans le cadre des aides de FranceAgriMer. Depuis 2000, ce sont les variétés tardives comme Regina ou Sweet heart qui ont la cote.

Les chiffres de la récolte de 2015 donnent Summit en tête, suivi de Burlat au coude à coude avec Sweet heart et Belge.

Côté consommation, les chiffres du Kantar Worldpanel donnent pour la période de mai à juillet 2015 et sur un échantillon de 100 ménages : 71,2 kg de cerises consommés, soit 13% de moins qu’en 2014 et une somme dépensée de 375,7 €, soit une baisse de 2%.

La fréquence d’achat, de 3,2 en 2015, représente le levier à travailler pour la campagne en cours.

La cerise, une évidence en juillet

L'étude confirme également le statut particulier de la cerise, produit sur-représenté sur les marchés. Ils concentrent à eux seuls 31% des parts de marché en volume (22% pour les hypers, 12% en proximité et 11% pour les primeurs).

À noter d'ailleurs pour la campagne en cours : un catalogue de prix très variables et des variétés tardives qui s’imposent toujours davantage au mois de juillet.
Alexandra Lacoste souligne :

C’est devenu une évidence pour les magasins de proposer des cerises sur cette période.

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire