Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Lutte contre "Drosophila suzukii"

Diméthoate : la Commission européenne est saisie

Sans diméthoate, la filière cerise risque d'être très vulnérable face au fléau que représente "Drosophila suzukii".
Sans diméthoate, la filière cerise risque d'être très vulnérable face au fléau que représente "Drosophila suzukii". Photo: La Tapy

Alors que la filière cerise est sous tension depuis plusieurs mois avec la perspective d'une campagne dépourvue de moyen de lutte contre Drosophila suzukii, Stéphane Le Foll a annoncé hier par communiqué qu’il saisissait la Commission européenne.
Il s’agit bien sûr du dossier épineux du diméthoate, pour lequel l’Anses avait conclut, fin 2015, à la nécessité de retirer le produit de la vente face aux risques de toxicité soulevés par l’Efsa en 2013.

Seule molécule disponible à ce jour pour lutter efficacement contre le fléau Drosophila suzukii, c’est tout une production qui est sur la sellette et qui pourrait voir de nombreux producteurs mettre la clé sous la porte en cas de forte pression de ce ravageur (et la douceur des températures de cet hiver pourrait malheureusement être un argument en ce sens).

Vers une interdiction européenne ?

Au-delà de l'aspect économique, si tous peuvent entendre le questionnement autour des risques, il est très ironique d'envisager que les cerises traitées par cette même mélocule à l’étranger, et notamment chez nos voisins européens, puissent continuer à peupler les étals français. Face à ce risque de distorsion de concurrence, Stéphane Le Foll souhaite donc faire pression sur la Commission européenne afin qu'elle active les mesures d’urgence prévues par le droit européen, à savoir:

  •  l'nterdiction immédiate de l’utilisation du diméthoate dans toute l’UE sur les fruits et légumes;
  •  l'nterdiction immédiate sur l’ensemble du territoire européen de mise sur le marché de cerises provenant de pays ou d’États membres dans lesquels l’utilisation du diméthoate est permise.

La Commission a sept jours pour se prononcer

Le communiqué précise que l’utilisation par la France de cette procédure d’urgence impose à la Commission de se prononcer dans les sept jours.

"Dans l’éventualité où la Commission, à l’issue de ce délai, n’aurait pas répondu à la France, Stéphane Le Foll déclenchera une clause de sauvegarde nationale pour interdire la commercialisation en France de cerises traitées au diméthoate, qu’elles soient produites en France ou ailleurs dans le monde."

Une décision qui ne résout pas le déficit de solution pour la lutte contre Drosophila suzukii et les risques encourus par la filière cerise en cas de forte pression.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire