Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Bonduelle

De la salade et du maïs en conserve "sans résidus de pesticides"

Publié le 06/03/2019 par Bérengère Bosi
À l'occasion du Salon de l'agriculture 2019, Guillaume Debrosse, directeur général de Bonduelle, et Anne-Sophie Fontaine, directrice de la communication, ont annoncé le lancement d'une gamme "sans résidus de pesticides". Photo : b.bosi/M&A
À l'occasion du Salon de l'agriculture 2019, Guillaume Debrosse, directeur général de Bonduelle, et Anne-Sophie Fontaine, directrice de la communication, ont annoncé le lancement d'une gamme "sans résidus de pesticides". Photo : b.bosi/M&A

Après le collectif Nouveaux champs, l’association Demain la Terre, ou l’Alliance de Savéol, Prince de Bretagne et Solarenn, c’est Bonduelle qui annonce se lancer dans la commercialisation de légumes sans résidus de pesticides.

Le groupe Bonduelle propose depuis le mois de janvier 2019 trois références de salades en sachet « sans résidus de pesticides, sans OGM et sans conservateurs » : de la mâche, des pousses d’épinard et de la laitue iceberg.
À compter du mois de mars, Bonduelle propose par ailleurs une nouvelle référence de maïs en conserve, sans résidus de pesticides, sans OGM, sans conservateurs et sans sucres ajoutés.
Le groupe souhaite développer les références « sans résidus ». « Nous avons 6% de nos surfaces en bio, et nous allons poursuivre, mais nous souhaitons accélérer sur le sans-résidu », a expliqué Guillaume Debrosse, directeur général du groupe Bonduelle, à l’occasion du Salon de l’agriculture. « La vraie évolution consiste selon nous à aller vers une logique de résultat (sans résidus) , plus encore que vers une logique de moyen (bio) »

« Smart farming »

Ces nouvelles références viennent illustrer la démarche du groupe Bonduelle qui veut être acteur de « la révolution végétale, un virage inéluctable face aux immenses défis auxquels la planète fait face ». Dans son « Manifesto », le groupe s’engage à participer à l’accélération de « la transition écologique » à travers l’amélioration des pratiques dans toute la chaîne de production des produits proposés par le groupe (légumes et autres cultures végétales).
« Au champ, nous allons développer le Smart farming », explique le directeur général de Bonduelle. Il s’agit de favoriser l’agriculture de précision à travers l’utilisation d’outils connectés d’aide à la décision. « L’objectif à 2025 est que 100% de nos parcelles dans le monde (128 000 ha) soient cultivées avec au moins une méthode alternative », (rotation culturale, non labour, biocontrôle…).
Dans les usines, Bonduelle développe également « l’industrie 4.0 », c’est-à-dire l’utilisation du digital « pour rendre less usines plus sobres en consommation énergétique et réduire les déchets », précise Guillaume Debrosse.
 

Ajouter un commentaire