Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Ministère de l’Agriculture

Deux nouvelles conventions collectives nationales à compter du 1er avril 2021

Pour le ministère de l’Agriculture, les deux nouvelles conventions collectives nationales vont contribuer à des avancées importantes pour les entreprises de toute taille et leurs salariés. Photo : Industrieblick/Adobe Stock
Pour le ministère de l’Agriculture, les deux nouvelles conventions collectives nationales vont contribuer à des avancées importantes pour les entreprises de toute taille et leurs salariés. Photo : Industrieblick/Adobe Stock

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a indiqué la semaine dernière l’entrée en vigueur de deux nouvelles conventions collectives nationales (CCN) à partir du 1er avril 2021. Elles concernent la production agricole et les coopératives d’utilisation du matériel agricole (Production agricole/Cuma) et les entreprises de travaux et services agricoles, ruraux et forestiers (ETARF).

« Elles constituent un progrès majeur dans le paysage conventionnel agricole avec de nouvelles avancées sociales et la restructuration des branches professionnelles, tout en conservant une place au dialogue social de proximité qui compense pour les petites et moyennes entreprises et les très petites entreprises l’absence de négociation d’entreprise », explique le ministère.

Une nouvelle classification des métiers harmonisée au niveau national et une grille nationale fixant les salaires minima seront plus particulièrement mises en place pour la CCN Production agricole/Cuma. Pour la CCN ETARF, l’instauration d’une classification homogène des emplois sur tout le territoire et un étagement des rémunérations plus favorable à la progression des salariés sont prévus.

« Dans le domaine agricole, il existe aujourd’hui 205 conventions collectives et 85% d’entre elles ont un champ d’application départemental ou régional. Au 1er avril, l’entrée en vigueur de ces deux nouvelles CCN permettra de réduire ce chiffre à 66 conventions collectives et d’ainsi participer activement à la restructuration des branches souhaitée par le Gouvernement », précise le ministère.

Ajouter un commentaire