Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Interdiction totale des perturbateurs endocriniens

"Sauvons les fruits et légumes" s’inquiète des propositions de Benoît Hamon

L'huile de neem, un insecticide naturel utilisé dans les vergers de pommiers, pêchers, cerisiers ou encore pruniers bio, est reconnu comme perturbateur endocrinien.
L'huile de neem, un insecticide naturel utilisé dans les vergers de pommiers, pêchers, cerisiers ou encore pruniers bio, est reconnu comme perturbateur endocrinien. Photo : L. Cessat/Pixel image

À l’occasion d’une visite sur une exploitation agricole de Seine-et-Marne, le candidat à l’élection présidentielle, Benoît Hamon, a présenté, ce lundi 13 février, ses 10 propositions pour l’alimentation, parmi lesquelles est détaillé son plan « Alimentation et santé publique ». Ce dernier prévoit notamment l’interdiction des perturbateurs endocriniens, des nanoparticules, et des pesticides dangereux dans les produits alimentaires en application du principe de précaution.
 

Quelle solution alternative pour les producteurs bio ?

Une annonce qui n’a pas tardé à faire réagir le collectif Sauvons les fruits et légumes de France. Ce dernier s’interroge en effet sur la portée d’une telle mesure, si elle était appliquée, notamment pour les producteurs de fruits et légumes bio.
"Contrairement à un préjugé largement répandu, les producteurs de fruits et légumes bio ont recours, pour protéger leurs cultures, à de nombreux produits phytosanitaires. L’azadirachtine plus connue sous le nom d’huile de neem" en fait partie. Cet insecticide naturel est utilisé dans les vergers de pommiers, pêchers, cerisiers ou encore pruniers. Les propriétés «perturbatrices endocriniennes» de l’azadirachtine sont connues depuis des siècles. Cela n’empêche pas les producteurs de fruits et légumes bio de l’utiliser en prenant toutes les précautions d’usage."
 
Si cette promesse de Benoit Hamon était appliquée à la lettre, le collectif Sauvons les fruits et légumes de France se demande quelle solution alternative serait alors proposée aux agriculteurs. Dans son récent communiqué, il demande donc aux candidats à l’élection de "bien mesurer la portée de leurs déclarations" et se tient à disposition de tous pour faire part de l’expérience sur le terrain des producteurs.
 

 

Ajouter un commentaire