Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Congrès et Gis PIClég

Marseille accueille toute la filière légumes

Le GIS PIClég compte dorénavant 18 partenaires.
Le GIS PIClég compte dorénavant 18 partenaires. Photo : C.Even/Pixel Image

Après la Guadeloupe, l’année dernière, Légumes de France a organisé son 61e congrès à Marseille, en collaboration avec la FDSEA des Bouches-du-Rhône. Plus de 200 participants étaient présents jeudi 16 et vendredi 17 novembre. Les différents acteurs de la filière légumes ont échangé sur de nombreux sujets d’actualité comme la politique de l’emploi, le compte professionnel de prévention, le module Grasp, l’axe de communication "zéro pesticide", ou encore le revenu des producteurs.

"Nous n’avons pas attendu les États généraux de l’alimentation (EGA) pour nous préoccuper des attentes des consommateurs et de la société. (…) Les EGA voulus par le président de la République sont l’occasion de mettre à plat la répartition de la valeur au sein de la filière. On ne la partage pas, on la crée", a ainsi précisé Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France.

S’agissant plus particulièrement de la contractualisation – qui a donné lieu à une table ronde et qui fera notamment l’objet d’un guide qui devrait paraître prochainement – Jacques Rouchaussé a souligné l’importance de la contractualisation pour sécuriser le revenu des agriculteurs, qui ne doit toutefois pas représenter la totalité de la production dans la filière légumes. De manière globale, l’organisation souhaiterait que la part de la production contractualisée avoisine les 30 %.

Le Gis PIClég fête ses dix ans

En parallèle du congrès Légumes de France, se tenaient les Rencontres du Gis PIClég. Le Groupement d’intérêt scientifique "Production intégrée en cultures légumières", qui a célébré ses dix ans cette année, a renouvelé par la même occasion sa convention. "Le Gis re-signe pour dix ans. C’est la pierre angulaire de l’évolution technique agricole", s’est félicité Gérard Roche, vice-président de Légumes de France.

Dans le cadre de cette nouvelle convention, de nouveaux membres intègrent le groupement. Dorénavant ils sont 18 avec l’Inra, le CTIFL, Légumes de France, l’Unilet, l’APCA, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, FranceAgriMer, la Gefel, Interfel, l’Armeflhor, le Cirad, le CTCPA, la Felcoop, la Fnams, l’Irstea, l’Itab, l’Iteipmai et l’IT2.

Pour cette nouvelle décennie, le GIS va approfondir certaines thématiques comme celles sur les bio-agresseurs mais aussi élargir ses projets avec des sujets en lien avec la gestion de la flore adventice, la robotique et l’agriculture péri-urbaine. Les problématiques seront d’autre part étendues à l’outre-mer.

 

À ce jour, le GIS PIClég enregistre 25 projets labellisés, qui ont impliqué 68 partenaires différents, sur des projets concernant plus d’une quinzaine d’espèces légumières cultivées.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire