Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Main-d’œuvre

Les saisonniers étrangers bientôt de retour en France ?

Les producteurs de fruits vont avoir besoin de main-d'œuvre pour récolter les fruits d'été, notamment les abricots. CP : pf3/Adobe Stock0
Les producteurs de fruits vont avoir besoin de main-d'œuvre pour récolter les fruits d'été, notamment les abricots. CP : pf3/Adobe Stock0

Alors que le déconfinement se profile, la FNSEA demande au Gouvernement d’autoriser l’entrée de saisonniers européens sur le territoire national pour renforcer la main-d’œuvre.
 
La plateforme Des bras pour ton assiette a enregistré près de 300 000 volontaires pour venir travailler dans les exploitations agricoles. Cependant, la fin du confinement – et donc la reprise du travail – et les nouveaux besoins en main-d’œuvre pour les récoltes de cerises, de melons ou d’abricots, inquiètent les producteurs de fruits.
Pour assurer la récolte et pour éviter les pertes, la FNSEA a demandé au Gouvernement d’autoriser l’entrée de saisonniers étrangers issus de l’espace Schengen. « Il faut compléter la main-d’œuvre disponible sur la plateforme Des bras pour ton assiette par de la main-d’œuvre européenne », estime Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA. D’autant plus que les producteurs ont besoin de personnel qualifié pour certaines tâches nécessitant des compétences particulières.

Protocole sanitaire

« Nous avons demandé au Gouvernement que les étrangers résidant dans l’espace Schengen puissent rentrer sur le territoire dès lors qu’ils ont un contrat de travail saisonnier chez un agriculteur », explique Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA.
Le Gouvernement a demandé à la FNSEA de préparer un protocole sanitaire précis pour assurer la sécurité des saisonniers étrangers, et des équipes présentes dans les exploitations. La FNSEA a répondu à la demande du Gouvernement, et a rédigé un protocole qui assure la sécurité sanitaire des salariés au travail ainsi que sur leur lieu d’hébergement. « Nous attendons maintenant une réponse du Gouvernement », indique Jérôme Despey. « Au total, nous aurons besoin de 87 000 salariés saisonniers au mois de mai », précise Christiane Lambert, qui rappelle que l’activité agricole n’est pas toujours facile, et que malgré la plateforme de mise en relation entre producteurs et volontaires, les Français ne sont pas toujours prêts à effectuer des tâches physiquement contraignantes.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire