Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Verger de la Croix de Pierre (49)

Ne récolter que la qualité pour assainir le marché

De gauche à droite : Guy Davoine, Eric Marchesseau et Claudie Davoine, accueillent le grand public lors des portes ouvertes vergers éco responsables, le 30 août 2014.

La récolte de pommes s’annonce bonne en qualité comme en quantité, explique Éric Marchesseau, arboriculteur au verger de la Croix de Pierre, dont la cueillette des 5 000 t de fruits vient de débuter. En plus des 60 ha de pommiers à Méon en Maine-et-Loire, Éric et son fils Olivier reprennent les 20 ha du verger Davoine à Yvré-le-Polin (Sarthe). C’est d’ailleurs sur ce site qu’avait lieu leur porte ouverte "verger écoresponsable". L’occasion de faire le point sur les pratiques respectueuses de l’environnement, mais aussi sur le marché.
 
"La récolte 2013 n’est pas encore toute écoulée car le marché est saturé, souligne Éric Marchesseau. Les pommes destinées au jus se vendent actuellement 2 centimes du kilo, contre 20 centimes en moyenne. La situation est grave! Pour assainir le marché, nous allons donc être très sélectifs sur la cueillette, afin de limiter les volumes, pour ne garder que les plus beaux fruits, même si des éclaircissages sévères ont déjà été pratiqués durant la campagne."

Crainte des pommes polonaises

Face à l’embargo russe, l’arboriculteur craint davantage les conséquences d’une arrivée possible des pommes polonaise que la perte de volumes destinés à la Russie."La Russie n’importe que 5 à 7% de nos volumes export, qui représentent la moitié de la cueillette de notre groupement regroupant une dizaine de producteurs1. C’est surtout les volumes de la Pologne normalement destinés à la Russie qui risquent de nous faire concurrence en France, notamment leurs 700 000 t exportés, essentiellement de la Golden. À moins qu’ils ne passent via l’Ukraine, pays qui n’est étrangement pas soumis à l’embargo russe."
 
Pour le producteur, la Golden française risque de subir fortement les conséquences de l’embargo russe, "elle qui souffre déjà depuis une dizaine d’années. La Reine-des-Reinettes se vend aujourd’hui très bien et ses cours ne se sont pas effondrés. Même chose pour la Gala, qui s’exporte bien, et a su s’imposer face à la Golden ces dernières années. La Granny risque comme la Golden de souffrir de l’embargo, elle qui partait beaucoup en Russie".

Informer et séduire les consommateurs

Pour relancer la consommation de fruits français, les portes ouvertes prenaient ainsi tout leur sens. Vingt-neuf vergers écoresponsables ont ainsi participé à l’événement "vergers ouverts" les 30 et 31 août, pour la 4e année consécutive.
 

 Pour la quatrième année consécutive, des vergers "écoresponsables" ouvrent leurs portes au grand public, afin d'informer les consommateurs sur les nouvelles techniques de production, plus respectueuses de l'environnement. Photo: DR
 

(1) Organisation de producteurs de fruits du Val de Loire, distribuant sous la marque Mylord’ en grande distribution.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire