Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Intempéries

Les vergers languedociens relativement épargnés

Malgré les pluies diluviennes qui se sont abattues récemment sur la région, les vergers languedociens ont été relativement épargnés.
Malgré les pluies diluviennes qui se sont abattues récemment sur la région, les vergers languedociens ont été relativement épargnés. Photo: groanbugar/Fotolia

Le Languedoc-Roussillon a subi de nombreuses intempéries au cours des dernières semaines. Les départements de l’Héraut et du Gard ont été les plus touchés avec des cumuls atteignant parfois les 350 mm en quelques heures dans certains secteurs. (À titre de comparaison, la pluviométrie moyenne à Montpellier dépasse rarement les 800 mm… par an!)

Peu de dégâts dans les vergers

Si les vignes héraultaises ont, semble-t-il, été fortement touchées, les vergers ont été relativement épargné comme nous l’explique Cyril Sevely de la chambre d’agriculture de l’Hérault:

 "On a été informé de quelques dégâts dans l’arrière-pays héraultais sur des parcelles de châtaignes, de cerises ou encore de pommes, mais il restent relativement limités, ne touchant que quelques vergers de moins d’un hectare. Mais quasiment aucune perte de récolte n’est à déplorer."

Constat identique dans le Gard pour Christian Pinet de la Serfel:

"À part quelques dégâts dans des parcelles de pommiers et de poiriers vers la vallée du Rhône, les vergers gardois ont été, dans l’ensemble, assez épargnés. En tout cas, nous n’avons constaté aucune perte de fonds."

Déclarer les dommages

Néanmoins, si vous avez malgré tout subi des dommages de pertes de fonds (ravinements, terres emportées ou dépôts de terres ou cailloux, clôtures ou murets détruits…) ou pertes de récoltes (fourrage, maraîchage, cultures légumières de plein champ, pépinières) ou mortalité de cheptel, n’oubliez pas de déclarer les dommages subis auprès des mairies des communes où ils se sont produits et leur demander de solliciter à la DDTM la reconnaissance en calamité agricole.
Comme le précise le site de chambre d’agriculture du Gard :

"Vous pouvez également adresser un courrier à la direction des Impôts pour bénéficier d'une possibilité de dégrèvement de la taxe foncière sur le non bâti (indiquez la commune, la section et les numéros de parcelles concernés). Si vous avez des travaux à effectuer, il convient de faire des photos avant travaux et de détailler l'ensemble des opérations de remise en état effectué: location de matériel, temps de travaux de main-d’œuvre (nombre de personnes et heures effectuées)."

Dans un récent communiqué, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, avait annoncé qu’il organisait les missions d’enquête nécessaires au déclenchement de la procédure des calamités agricoles et qu’il demandait que les exploitants concernés puissent solliciter un dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti pour les parcelles touchées, et une prise en charge de cotisations sociales auprès des caisses MSA.
 
Et vous? Avez-vous subi des dégâts dans vos parcelles? N’hésitez pas à nous adresser vos témoignages.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire