Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Prévisions de récolte poires

L’origine France peut sauver la saison

Il faut rénover et dynamiser la poire en proposant des nouvelles variétés aux qualités gustatives irréprochables avec une forte identité régionale, pour défendre le produit "origine France".
Il faut rénover et dynamiser la poire en proposant des nouvelles variétés aux qualités gustatives irréprochables avec une forte identité régionale, pour défendre le produit "origine France". Photo: Johanna Mühlbauer/Fotolia

À l'echelle de la France, l'érosion des volumes de poires se poursuit, les prévisions de récoltes sont estimées à 135 000 tonnes contre 157 000 tonnes en 2013, soit une baisse de 14%. Cette baisse est plus marquée sur les variétés de poire d'été. En revanche, à l'échelle de l'Europe, les prévisions restent relativement stables par rapport à l'année précédente, environ 2,2 millions de tonnes. Sur le plan de la qualité, les calibres et les qualités organoleptiques des fruits semblent au rendez-vous. 

Miser sur l'innovation variétale

L'érosion des surfaces de vergers de poires en France, n'est pas un fait nouveau. La France, en dix ans, a perdu environ 50% des ses volumes. "Les vergers sont vieillissant, ils ne sont pas remplacés car le retour sur investissement est bien plus long que sur un verger de pommiers. Par ailleurs, nous souffrons d'une forte concurrence des pays du Sud qui ont des coûts de main-d'oeuvre bien inférieurs aux notres", explique Jean-Marie Fabre, producteur à Sénas (13) et président de l'OP Vergers de Beauregard. 

Quant à la consommation, elle a tendance à fléchir. Rénover et dynamiser le produit, c'est le message des producteurs et des opérateurs. Comment? En proposant des nouvelles variétés aux qualités gustatives irréprochables avec une forte identité régionale, pour défendre le produit "origine France" qui a toute sa place sur le marché. 

Une origine qui devrait, en cette période de tensions géopolitiques extrêmes, interpeller encore plus le consommateur. Même si la poire française sera sans doute moins impactée que la pomme par l'embargo russe qui frappe l'ensemble des productions agricoles de l'UE.

"La France est importateur de poires, elle sera moins impactée par l'embargo que d'autres monstres de la poire européens que sont le Benelux et les pays méditérannéens (Italie, Espagne, Portugal), même si la moindre perturbation tend a bousculer les équilibres subtiles de marchés tant ils sont interconnectés", rappelle Daniel Sauvaitre, président de l'ANPP. 

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire