Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

La campagne de pommes est lancée

Il faut pratiquer une récolte sélective !

Selon Daniel Sauvaitre, président de l'ANPP, il ne faudra pas encombrer les chambres froides de fruits imparfaits, habituellement réservés à la transformation, et ne conserver que les plus beaux fruits, afin de rétrécir l’offre.

Les prévisions font état d’une production de pommes européenne supérieure de 9 % à celle de la campagne précédente, soit une production de 12 millions de tonnes. Suite aux bonnes conditions climatiques du printemps dernier, on s’attend à des fruits de gros calibre et de bonne qualité, ainsi qu’à une récolte légèrement en avance.

Ne conserver que les plus beaux fruits

Si la production continue de baisser en France (1 487 000 tonnes attendues contre 1 576 000 l’an passé), l’Allemagne (+ 29%) et le Royaume-Uni (+10%) reviennent en force après le déficit enregistré l’an dernier. L’Italie aussi annonce une très belle récolte avec 2,388 Mt. La production devrait également être abondante en Europe de l’Est, avec probablement un nouveau record pour la Pologne et la Hongrie, mais aussi l’Ukraine.

Evidemment, le problème qui se pose cette année est celui de l’embargo russe et, de fait, de l’écoulement des volumes et de leur valorisation.

Daniel Sauvaitre,  président de l’ANPP, constate : « La récolte est très bonne, en qualité comme en quantité. Mais l’embargo russe et l’éventuelle saturation du marché français risque de peser sur les prix. C’est pourquoi il ne faut pas encombrer nos chambres froides de fruits imparfaits, habituellement réservés à la transformation, et ne conserver que les plus beaux fruits, afin de rétrécir l’offre. »

Selfruits

Il sera également nécessaire de doper la consommation au niveau national, via des actions fortes de communication. "Gagner 3% de consommation en France, c’est gagner l’ensemble de ce qui est exporté en Russie : c’est largement à notre portée !", constate d'ailleurs Didier Crabos, directeur de Cofruid'Oc, persuadé que la filière française doit profiter de ce contexte complexe pour développer la consommation, et sortir grande gagnante de la campagne. 

En Pologne, la campagne du « selfruit », où les gens se prenaient en photo sur les réseaux sociaux en train de manger des pommes, a permis de tripler les ventes et d’écouler en une semaine tout le stock du mois d’août. Mais pas sûr que les français aient la même tendance au chauvinisme.

Ajouter un commentaire