Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Coronavirus

La distribution s’engage à soutenir les producteurs de fruits et légumes

Publié le 24/03/2020 par Bérengère Bosi dans
Intermarché s'engage à mettre en avant la production française, et notamment, les asperges. Photo : Natalia/Adobe stock
Intermarché s'engage à mettre en avant la production française, et notamment, les asperges. Photo : Natalia/Adobe stock

Dans ce contexte de confinement, les consommateurs français se tournent vers l’achat de denrées de longue conservation, au détriment des produits frais, notamment les fruits et légumes. Pour soutenir les producteurs dans la tourmente, la distribution a répondu à l’appel de la FNSEA, et s’engage à soutenir les produits frais français.

Ainsi, Michel-Édouard Leclerc a affirmé « que les centres E. Leclerc s’engageront complètement aux côtés des agriculteurs français ». Ainsi, dès cette semaine, les supermarchés remplaceront les fraises espagnoles par des fraises françaises sur leurs étals.
Les prospectus publicitaires donneront par ailleurs « la priorité à l’origine France, malgré les commandes antérieures. Il en sera ainsi à chaque fois que c’est possible, c’est-à-dire dans l’immense majorité des cas », indique Michel-Édouard Leclerc.
 
Intermarché s’engage également à soutenir les maraîchers français. L’enseigne va mettre en œuvre « un plan média exhaustif impliquant réseaux sociaux, spots radio et presse écrite », afin de « rappeler aux consommateurs que les maraîchers poursuivent leur activité ».
« Il est primordial qu’une enseigne comme Intermarché soit aux côtés des agriculteurs […] français en temps de crise. Avec cette initiative, nous souhaitons expliquer au plus grand nombre l’importance d’acheter des denrées alimentaires issues de filières agricoles françaises. Par ce geste, les consommateurs aident les producteurs. Et, par la même occasion, consomment des produits sains, savoureux et de qualité. Certaines filières sont en grande détresse. Par exemple, les asparagiculteurs n’ont qu’une récolte par an. À cause du Covid-19, certains risquent d’en perdre la moitié et de s’endetter plusieurs années pour survivre. En cette période difficile, il est primordial, dans la mesure du possible, dans ces circonstances exceptionnelles, d’être solidaires », a affirmé Thierry Cotillard, président des enseignes Intermarché et Netto.

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire