Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Les producteurs de fruits et légumes au Sival

« N’ayons pas peur du mot flexibilité ! »

Luc Barbier, président de la FNPF, Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA et Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France, se sont installés en salle de presse pour rappeler les difficultés auxquelles sont confrontés les chefs d’entreprise des filières fruitière et légumière, fortement employeuses de main d’œuvre.
Luc Barbier, président de la FNPF, Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA et Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France, se sont installés en salle de presse pour rappeler les difficultés auxquelles sont confrontés les chefs d’entreprise

Ce n’est que quelques heures avant la conférence de presse présidentielle que les responsables professionnels des filières fruit et légumes ont tenu la leur, le 14 janvier dernier, premier jour de Sival.

Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France et Luc Barbier, président de la FNPF, se sont installés en salle de presse pour rappeler les difficultés auxquelles sont confrontés les chefs d’entreprise des filières fruitière et légumière, fortement employeuses de main d’œuvre.

D’un côté, « l’empilement réglementaire » qu’a fustigé Luc Barbier - « il serait temps d’alléger le code du travail ! » -, et, de l’autre, « un manque de flexibilité » pointé du doigt par Jacques Rouchaussé.  « Une plus grande flexibilité nous inciterait à embaucher plus facilement, pour une meilleure compétitivité de nos entreprises », expliquait ainsi le producteur de légumes.

Pacte de responsabilité et états généraux

Les trois responsables professionnels ont toutefois noté positivement l’annonce du président Hollande de mettre en place son pacte de responsabilité, dans le cadre duquel il s’engage à faire baisser le coût du travail, en contrepartie de quoi les entreprises devraient embaucher plus.

« Il y a beaucoup de pression sur les épaules de François Hollande qu’on accuse d’amorcer un virage libéral, a analysé Christiane Lambert. Nous allons rester attentifs à l’application concrète de ce pacte, et continuer à travailler dans le sens de la compétitivité, notamment dans le cadre des états généraux de l’agriculture ».

En effet, mi-février, à l’initiative de la FNSEA, tous les membres du Conseil de l’Agriculture Française se réuniront lors des états généraux de l’agriculture. Leur ambition est, pour Xavier Beulin, président de la FNSEA « de remettre l’agriculture à la place qui doit être la sienne. Et pour cela, nous avons besoin de réponses qui doivent être les plus claires possibles. »

Ajouter un commentaire