Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Écophyto 2

Lettre ouverte au ministre de l’Agriculture

"Se focaliser sur la réduction des quantités de produits phytosanitaires consommés ne nous semble pas répondre à la question qui nous préoccupe tous: comment réduire les risques pour la santé humaine et l'environnement?", précisent Légumes de France, la FNPHP et Felcoop dans une lettre ouverte une ministre.
"Se focaliser sur la réduction des quantités de produits phytosanitaires consommés ne nous semble pas répondre à la question qui nous préoccupe tous: comment réduire les risques pour la santé humaine et l'environnement?" Photo : N. Chemineau/Pixel image

Alors que Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, préside, en ce vendredi 30 janvier, le Comité national d'orientation et de suivi du plan Écophyto ainsi que le Comité national d'orientation et de suivi du projet agroécologique, sur le thème "2015: an 1 de l'agroécologie", le collectif Sauvons les fruits et légumes de France dénonce cette "communication tapageuse, qui balaye d'un revers de main tous les progrès accomplis ces dernières années en termes de réduction des impacts de la protection phytosanitaire".

"Se focaliser sur la réduction des quantités de produits phytosanitaires consommés ne nous semble pas répondre à la question qui nous préoccupe tous: comment réduire les risques pour la santé humaine et l'environnement?, précisent ainsi Légumes de France, la FNPHP et Felcoop dans une lettre ouverte une ministre.

 "Concernant le bilan des premières années d’Écophyto, certes l’évolution des indicateurs de volume d’utilisation des pesticides (Nodu et IFT), choisis comme objectifs privilégiés d’Écophyto, n’est pas favorable, du fait principalement des circonstances climatiques de 2014. Mais des points positifs sont également relevés: mobilisation de la profession, priorité aux mesures préventives et au biocontrôle, certification des producteurs, contrôle des pulvérisateurs, évolution positive du profil des substances utilisées, etc. Il est dommage que vous ne souligniez pas ces points qui démontrent la volonté de progrès et les résultats obtenus par les producteurs en matière d’impact des pratiques agricoles. Tous points déjà engagés par la production bien avant le Grenelle de l’environnement", ont ajouté pour leur part le Gefel, Cerafel Bretagne, l’ANPP, l’AOP tomates concombres, l’AOP carottes de France, l’AOP pêches-nectarines et l’ AOP prunes dans des lettres similaires.

Des points positifs dans le rapport Potier

Malgré le désaccord de fond sur le bilan des premières années d’Écophyto et sur le maintien des seuls objectifs de réduction en volume, toutes ces organisations reconnaissent des points positifs au rapport Potier, à partir duquel sera élaborée la version 2 d’Écophyto. Elles souhaitent rappeler au ministre Stéphane Le Foll de bien prendre en compte les points positifs présents dans le rapport Potier:

  • l’amélioration des agro-équipements;
  • l’élaboration d’objectifs basés sur des critères d’impact environnemental et de santé;
  • la résolution de la question des usages orphelins, impasses techniques ou, le plus souvent, réglementaires, qui sont une entrave majeure à la réussite du plan.

 
Et d’ajouter:

"Alors que l’harmonisation européenne est complète en matière de résidus, de substances actives et de marché des produits alimentaires, les homologations restent pour l’instant nationales, générant des distorsions de concurrence inacceptables. Il faut aller au contraire vers une harmonisation européenne effective. La résolution des usages orphelins et l’harmonisation européenne sont des éléments clés pour éviter les distorsions de concurrence qui frappent les producteurs français. Ces points sont essentiels pour l’existence même de productions qui, sinon, disparaîtront très rapidement."

Ajouter un commentaire