Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Serge Papin, PDG de Système U : « Les fruits et légumes ont besoin d’un libre-service assisté »

Les fruits et légumes sont des produits qui offrent le meilleur rapport qualité-prix. Pourtant, les consommateurs les considèrent comme des produits chers. Photo Stéphane Chevillon
"Les fruits et légumes sont des produits qui offrent le meilleur rapport qualité-prix. Pourtant, les consommateurs les considèrent comme des produits chers", regrette Serge Papin. Photo Stéphane Chevillon

Serge Papin, PDG du groupe coopératif Système U, souhaite encourager la consommation de fruits et légumes dans ses magasins.

Le blog de L'Arbo : Dans une interview donnée au JDD, vous avez cette formule : « Téléphonez moins, mangez mieux ». Assumeriez-vous ce rôle de prescripteur qui encourage dans ses magasins une consommation plus vertueuse, en particulier celle de fruits et de légumes ?
Serge Papin : Ce qui est sûr, c’est qu’il faudra faire émerger des choses plus vertueuses. Il est possible que, dans le temps, on réfléchisse à ces éléments, mais il ne faut pas le faire au mépris de la liberté du consommateur! Le comble, concernant les fruits et légumes, c’est que ce sont des produits qui offrent le meilleur rapport qualité-prix et que les consommateurs les considèrent comme des produits chers. Sur ce point, il faut communiquer. Les produits transformés coûtent chers, pas les produits bruts ! Quant aux plans pratique et logistique, il est évident que le libre service sur le rayon des fruits et légumes n’est pas du tout adapté à la diversité de l’offre. Le constat est simple, la mise à disposition de personnels qualifiés sur le rayon implique une dynamique d’achat bien meilleure. Nous devons faire des progrès et faire marche arrière sur le tout « libre service ».

En décembre dernier, vous avez quitté la FCD (Fédération des entreprises du commerce et de la distribution), en évoquant notamment « des écarts de position dans les relations avec les agriculteurs ». En quoi vous singularisez-vous ?
J’ai quitté la FCD pour avoir une voie libre. Nous avions des divergences sur la LME (Loi de modernisation de l’économie) et j’avais le souhait de ne pas appartenir à un lobby de défense d’intérêts particuliers. Même si beaucoup de constats semblent aujourd’hui partagés (NDLR : Serge Papin fait référence aux propos de Georges Plassat, PDG du groupe Carrefour, dans une interview donnée à LSA, qui mettait en garde contre le risque de voir dégénérer en désastre la guerre des prix que se livrent les distributeurs). Il est clair qu’en quittant la FCD, les indépendants ne sont plus représentés au niveau des interprofessions. Il faut en effet qu’on y réfléchisse et qu’on se rencontre, car nous avons notre place. Vis-à-vis de la production agricole, aujourd’hui, Système U s’engage dans la signature d’accords tripartites (production, transformation, distribution), qui encadrent l’ouverture des négociations sur les conditions de vente des produits agricoles pour neutraliser l’évolution des matières premières à la hausse ou à la baisse.  Par ailleurs, Système U a signé des accords de partenariats pour l’approvisionnement de produits sous label Agriconfiance (vin et légumes surgelés) élaborés par des coopératives françaises. L’exemple de Biolait aussi va dans ce sens. Il concerne la distribution de lait bio, collecté par Biolait et transformé par la laiterie de Saint-Denis-de-l’hôtel (45). Nous avons signé un partenariat sur 3ans, sur 5 millions de litres la première année, et 17 millions aujourd’hui. Cet accord tripartite marque la volonté de pérenniser la filière lait bio française et permet de répondre aux besoins des consommateurs. L’accord est limpide, les marges de chacun connues, tout est transparent.

Propos recueillis par Hélène Sauvage

Ajouter un commentaire