Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Production de plants

Lancement du Laboratoire Angevin des Plantes (LAP)

De gauche à droite : Gilles Colinet, Dominique Ménard, Mathieu Billotte. Photo LAP
De gauche à droite : Gilles Colinet, Dominique Ménard, Mathieu Billotte. Photo : LAP

LAP, pour Laboratoire angevin des plantes. Cette nouvelle société de haute technologie végétale, située à Saint-Barthélémy d’Anjou, près d’Angers, vient d’être créée par les entreprises André Briant Jeunes Plants  (Saint-Barthélémy-d’Anjou) et les Pépinières Multibaies (Cheffes). Dédié à la multiplication in vitro de plantes, le LAP ambitionne de fournir les entreprises de production spécialisées dans les plantes ornementales et l’arboriculture fruitière. Gilles Colinet, gérant du LAP et directeur d’André Briant Jeunes Plants, déclare :
 

"Si la multiplication in vitro, technique qui existe depuis les années 1980, est utile pour les laboratoires de recherche ou de sélection végétale, son utilisation à grande échelle pour la production de plantes ornementales ou en arboriculture fruitière est assez peu répandue en France aujourd’hui."

 
Mathieu Billotte, associé du LAP et directeur des Pépinières Multibaies, ajoute :

"Nous ambitionnons de produire en 2018 un peu plus de 1 million de jeunes plants (stade III E, plantules enracinées prêtes à être repiquées à l’extérieur du Laboratoire), alors que nous étions à environ 650 000 jeunes plants par an les années précédentes. C’est un véritable défi pour la multiplication française de jeunes plants in vitro."

 
Dirigé par Dominique Menard, le Laboratoire compte 6 salariés permanents et des embauches sont programmées pour faire face à l’augmentation de la production. Un programme d’investissement à très court terme est prévu pour plus de 100 000 euros, ce qui permettra au LAP d’augmenter d’1/3 sa capacité de production.
 
Un nouveau programme alliant recherche fondamentale et recherche appliquée sur le thème "Feuillages panachés" a été lancé par le LAP en collaboration avec l’IRHS (L’Institut de recherche en horticulture et semences). Ce programme de recherche bénéficie d’une labellisation « Végépolys».
 

Ajouter un commentaire