Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Plan de relance

Qui pour financer la recherche du raisin de table ?

Mireille Peirano (région Paca), Max Raspail (département du Vaucluse), Alain Vernède (CTIFL), René Reynard (AOP raisin), André Bernard (Chambre d'Agriculture 84). Ph : FM/Pixel Image

Intense après-midi que celle organisée hier par l'AOP raisin de table, qui souhaitait exposer aux professionnels, aux bailleurs et à la presse les projets stratégiques de relance de la filière. Au menu : Casdar sur les atouts nutritionnels du raisin, recherche de variétés résistantes aux maladies cryptogamiques avec l'UMT Géno-Vigne, optimisation des modes de conduite avec la Chambre d'Agricuture et La Tapy...

Au coeur des questionnements, évidemment, le financement de la recherche. Il est essentiel pour René Reynard, président de l'AOP, que le CTIFL remette un ingénieur responsable du raisin de table à la disposition de la Tapy (pour rappel, Bruno Bourrié a quitté ses fonctions en septembre 2013, comme expliqué ici dans notre émission). Malheureusement, Alain Vernède estime ne pas être capable, dans les conditions actuelles, de renforcer La Tapy. Le directeur du CTIFL attend en effet des objectifs clairs de la part de la filière : la journée du 4 novembre, riche et créative, a sans aucun doute contribué à les préciser.

Participation à l'hectare

Les "conditions actuelles" auquelles fait allusion Alain Vernède, nous les connaissons tous : c'est la fin de la Taxe fiscale affectée qui permet de financer le CTIFL, avec l'obligation, pour le CTIFL, de trouver une solution de financement d'ici janvier. Un challenge fragile auquel André Bernard, président de la Chambre d'agriculture, estime qu'il serait juste d'associer davantage les producteurs :

Je suis producteur de céréales et de légumes d'industrie. Je participe, via des prélevements effectués par Arvalis, le Gnis et la Sonito sur la base de mes factures, au financement de la recheche dans mes filières. Il faut également, en fruits et légumes frais, instaurer une participation à l'hectare, même minime.

La bonne nouvelle, c'est Mireille Peirano, vice-présidente de la région Paca, qui l'a apportée : la Région maintient budgétairement son soutien à La Tapy pour 2015Les professionnels présents ont tenu à saluer cet effort, note d'optimisme qui s'inscrit en faux contre la logique budgétaire restrictive qui est aujourd'hui celle des pouvoirs publics.

Lors de son intervention sur les modes de conduite, Emmanuelle Filleron, directrice de La Tapy, a par ailleurs annoncé le départ de Florent Leydet, ingénieur qui travaillait à La Tapy sur les variétés et les modes de conduite. Elle a tenu à le remercier pour la qualité de son travail.

 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire