Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Étude

Pomme : davantage de variétés connues des consommateurs

Publié le 03/09/2020 par Olivier Lévêque dans
D'après l'étude du CTIFL, plus de neuf consommateurs de pomme sur dix sont satisfaits de la qualité du fruit, un taux qui a progressé depuis le dernier baromètre (87% en 2014). Photo : Stock Roman/Adobe stock
D'après l'étude du CTIFL, plus de neuf consommateurs de pomme sur dix sont satisfaits de la qualité du fruit, un taux qui a progressé depuis le dernier baromètre (87% en 2014). Photo : Stock Roman/Adobe stock

Durant l’été, le CTIFL a publié son baromètre de consommation de pomme pour 2019 (gratuit après inscription), baromètre qui aura bientôt 30 ans ! Interrogeant près de 2 000 personnes, cette étude permet de connaître les perceptions des variétés et le vécu de la consommation.

La pomme dispose en 2019 d’une image très positive en matière d’atouts gustatifs et nutritionnels, et progresse sur les items d’appétence, de fraîcheur et de modernité. Pour les critères d’achat, la variété et le prix restent dans le trio de tête ; celui de la fraîcheur, plébiscité en 2014, cédant sa place à l’origine France en 2019. Le taux de notoriété des variétés de pommes s’améliore entre 2014 et 2019, passant d’un peu moins de quatre à cinq, preuve d’une efficacité des campagnes de communication, avance le CTIFL. Le trio de tête des variétés les plus connues – Golden, Pink Lady et Gala correspond aux variétés les plus consommées (plus de sept consommateurs sur dix). Sont citées également Granny Smith, Reine des Reinettes, Reinette grise du Canada, Belle de Boskoop Jonagold, Elstar, Fuji... D'après l'étude, plus de neuf consommateurs de pomme sur dix sont satisfaits de la qualité du fruit, un taux qui a progressé depuis le dernier baromètre (87% en 2014).

En matière de nouveaux modes de consommation et de communication, la barquette (10-15% des quantités achetées en 2019) suscite peu l’adhésion des acheteurs de pomme, qui ont plutôt une mauvaise image de cet emballage (deux acheteurs sur cinq disent que la barquette ne permet pas de choisir les fruits et qu’elle ne sert à rien, un tiers pense que le prix de la pomme en barquette est plus élevé que le vrac et un sur quatre que cette présentation n’est pas attirante et pas pratique). Les ventes en sachet (-11,17% en quantités en 5 ans, mais représentant encore le quart des ventes), obtiennent également les mêmes avis négatifs que pour les barquettes. Enfin, l’autocollant collé sur le fruit ne fédère pas plus les acheteurs de pommes, avec seulement 10 à 20% de réponses très positives. En revanche, la démarche «Vergers écoresponsables», qui n’était connue que par un répondant sur cinq en 2014, l’est désormais par plus d’un tiers d’entre eux.
 

1div class="articles-similaires-titre">Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire