Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Vilipendés par Le Maire, les grossistes demandent des outils de régulation

Lors de sa visite à Perpignan le 23 août dernier, Bruno Le Maire avait été très dur envers les grossistes.Selon notre confrère FLD, il aurait déclaré détenir une liste de grossistes qui « s’amusent à vendre des marchandises arrivées sans prix ou sans bons de commande ». Avant de poursuivre : « Les sanctions ne sont pas assez fortes. Je vais les alourdir et par voie de décret, frapper où cela fait le plus mal, c’est-à-dire au portefeuille ». Trois jours plus tard, l’UNCGFL (Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes) répliquait, échaudée : « Nous ne pouvons comprendre, ni accepter, que l’Etat et certains de ses services se défaussent ainsi, rendant notre profession responsable des deux problèmes structurels les plus criants qui relèvent de sa compétence : celui de la compétitivité de la production française et celui de la disparition des dispositifs de régulation indispensables à la filière ». Le problème des outils de régulation revient souvent. Selon l’UNCGFL, les crises se seraient multipliées et intensifiées depuis la suppression des outils de régulation qui permettaient le retrait du marché de certaines productions. L’union rappelle également que l’écart de compétitivité des productions françaises face aux productions européennes limitrophes les « fragilisent » et les rendent « moins attractives ».Les grossistes se disent alarmés par les difficultés rencontrées par les producteurs et « s’associent à leurs demandes répétées en  faveur d’une prise de considération de ces problèmes ».

Ajouter un commentaire