Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

[Vidéo] Nergi : enfin un baby kiwi qui se conserve !

La prochaine récolte devrait traduire une montée en puissance significative, avec 1 million de barquettes pour 100 hectares de verger, à 50 % dans le Sud-ouest.
La prochaine récolte devrait traduire une montée en puissance significative, avec 1 million de barquettes pour 100 hectares de verger, à 50 % dans le Sud-ouest.

Nergi© est un kiwi de la taille d'une cerise lancé par Sofruileg, une filiale à Labatut de la coopérative landaise Kiwi Fruits de France.

Une de ses particularités est que sa peau est comestible : pas besoin de le peler ! Il était le seul représentant français nominé cette année au Fruit Logitica Innovation Award.

Enfin un baby kiwi qui se conserve

"Nous avions déjà fait des essais de production de petits kiwis dans les années 1980,  mais la conservation après récolte posait un problème", explique François Lafitte, président de Sofruileg.

"Le fruit se transportait très difficilement et ne se conservait pas plus de huit jours."  Inexploitable commercialement, la variété est alors abandonnée.

Mais, en 2005, le centre de recherche néozélandais Plant and Food Research propose à Sofruileg de signer une licence d'exploitation pour une variété nouvelle obtenue après sélection naturelle. Cette fois-ci, la variété se conserve bien : jusqu'à trois mois.

Après introduction du matériel végétal en 2005, les premières plantations ont eu lieu dans les Landes en 2007.

1 millions de barquettes pour 2013

Nergi se consomme de septembre à novembre et est vendu dans des barquettes de 125g (soit une quinzaine de fruits). La récolte 2012, encore modeste, n'a pas excédé de quoi en commercialiser 200 000.

La prochaine récolte devrait traduire une réelle montée en puissance, avec 1 million de barquettes pour 100 hectares de verger, dont la moitié est dans le sud-ouest.

"Pour les producteurs, ce qui est important, c'est la capacité à produire quelque-chose de nouveau, et qui va être potentiellement demandé par les consommateurs", explique François Lafitte, président de Sofruileg. Voir la vidéo :

Fleur Masson

Ajouter un commentaire