Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Interprofession

Stéphane Travert écoute (enfin) la filière fruits et légumes

Bruno Dupont, président d’Interfel et Jacques Rouchaussé, président du CTIFL se sont entretenus hier matin avec le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert. Photo : Fotolia luSh
Bruno Dupont, président d’Interfel et Jacques Rouchaussé, président du CTIFL se sont entretenus hier matin avec le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert. Photo : Fotolia luSh

« On arrête toute communication avec le ministère », déclarait Bruno Dupont à la presse le 19 juin à l’issue de l’Assemblée générale d’Interfel, face au manque d’écoute des pouvoirs publics sur les problématiques de la filière fruits et légumes, et l’absence même de réponse de Stéphane Travert pourtant invité à l’AG d’Interfel.

Mais cette fois-ci, Interfel semble avoir été entendue. Bruno Dupont, président d’Interfel, et Jacques Rouchaussé, président du CTIFL, se sont entretenus hier matin avec le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, et ont pu aborder « en toute transparence les difficultés rencontrées par la filière au regard de la politique du ministère, notamment dans le cadre des États généraux de l’alimentation », souligne le communiqué.

Bruno Dupont a fait part une nouvelle fois de ses regrets quant au manque de prise en compte dans les débats des EGA des propositions étayées et chiffrées des fruits et légumes frais. Pour rappel, la filière F&L avait demandé à ce que 1,2 milliard d'euros du plan d’investissement prévu par le gouvernement lui soit consacré afin de financer la recherche pour parvenir à une réduction entre 20 et 50% de l’utilisation des pesticides d’ici 2030. Au final, elle n’a pas été entendue. De son côté, le ministre Stéphane Travert a réaffirmé sa volonté de prendre en compte la réalité des spécificités de la filière des fruits et légumes frais, et a demandé à ses services que l’ensemble des mesures qui sont actuellement à l’étude fasse l’objet d’échanges réguliers avec ses représentants.
 
Il a par ailleurs affirmé vouloir trouver une solution avec son homologue de l’Éducation nationale face à la situation de blocage provoquée par l’interdiction faite à Interfel de mener des actions d’information collective sur les fruits et légumes frais dans les écoles, complète le communiqué. Ainsi, les présidents des deux structures espèrent qu’un dialogue pérenne et constructif va désormais pouvoir se renforcer, afin d’avancer et de travailler ensemble pour l’avenir de la filière.

Ajouter un commentaire