Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Politique

Nicolas Hulot quitte le Gouvernement

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a annoncé ce matin, sur France Inter, sa décision de quitter le Gouvernement. Photo Gouv
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a annoncé ce matin, sur France Inter, sa décision de quitter le Gouvernement. Photo Gouv

Avec le sentiment que la France fait trop de « petits pas » au sujet de l’écologie, même si elle en fait « beaucoup plus que d’autres pays », ces petits pas ne suffisaient à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, qui a annoncé ce matin, sur France Inter, sa décision de quitter le Gouvernement. Sur l’agriculture, son constat est amer : « Est-ce que nous avons commencé à réduire l'utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l'érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous commencé à nous mettre en situation d'arrêter l'artificialisation des sols ? La réponse est non. »

Ajoutant « je ne veux plus me mentir » ni « donner l'illusion que ma présence au Gouvernement signifie qu'on est à la hauteur sur ces enjeux-là », le ministre a également souligné ne plus vouloir « passer son temps dans des querelles avec Stéphane Travert », ministre de l’Agriculture. « Dans mes arbitrages et mes confrontations, qui n'ont échappé à personne, avec le ministre de l'Agriculture, au moment où les planètes n'ont jamais été aussi alignées pour transformer profondément le modèle agricole au bénéfice des consommateurs, mais surtout au bénéfice des agriculteurs, franchement on est passés à côté. »

Le glyphosate était en particulier un sujet de conflit entre les ministres. Si Nicolas Hulot avait réaffirmé une sortie du glyphosate « au plus tard dans trois ans » Stéphane Travert, avait déclaré pour sa part fin janvier que la France allait essayer d’en sortir dans les trois ans, précisant « tant qu’il n’y a pas de substitution, il n’y a pas de suppression ».

Nicolas Hulot a enfin confié, las, qu’il se sentait « tout seul à la manœuvre » sur les enjeux environnementaux au sein du Gouvernement, dénonçant la force des lobbies dans les cercles du pouvoir. Il a d’ailleurs particulièrement peu apprécié la présence de Thierry Coste, lobbyiste pro-chasse proche d'Emmanuel Macron, lors d’une réunion à l’Élysée sur le sujet hier soir.
 
Dans le bilan de Nicolas Hulot, il faut retenir entre autres l’abandon en janvier 2018 par le Gouvernement du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, l’adoption en décembre 2017 par le Parlement de la loi sur la fin de la recherche et de l’exploitation des hydrocarbures en France d’ici 2040, et le report de l’objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% en 2025. Reste maintenant à savoir qui sera nommé pour le remplacer.

Ajouter un commentaire