Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Stratégies

Le Sival à Nantes en 2017 ?

Si le parc des expositions actuel ne fait pas l'objet d'une extension provisoire en 2017, le président du Sival Bruno Dupont ne s'interdit pas une délocalisation du Salon. A Nantes, par exemple. Photo : DR

Extension ou délocalisation ? Bruno Dupont assure que le Sival est aujourd'hui victime de son succès. Cela fait plusieurs années déjà que les organisateurs refusent des exposants par manque de place. Les allées se réduisent, les stands aussi. Oa a même rogné sur l'espace VIP, on se demande si les restaurants ne devraient pas s'installer dehors, sous bâches... Et il faut avouer qu'on se sent parfois un peu à l'étroit !

Alors, que faire ? Spécialiser le Sival sur les fruits et légumes et organiser un deuxième salon sur la vigne ? Trier les exposants sur le volet ? Accepter de voir partir des grandes maisons - comme certains semenciers locaux - lassées de ne pas avoir des stands suffisamment grands ?

Avec notre ouverture à l'international, il va nous falloir mener une réflexion. J'aimerais que la ville d'Angers envisage sérieusement la possibilité d'une extension du parc des expositions. 2017 doit être l'année du virage.

Pour rappel, le Sival est le Salon angevin le plus bénéfique à la ville sur le plan économique. Mais "le Sival n'appartient pas à la ville d'Angers !, rappelle Bruno Dupont. Il appartient aux producteurs qui le font. Si les collectivités locales ne soutiennent pas son développement, nous serons très bien accueillis ailleurs." Comme à Nantes, par exemple.

Ajouter un commentaire