Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Énergies

La FNSEA et les Chambres d’agriculture France rejoignent France Agrivoltaïsme

Créée en juin 2021, France Agrivoltaïsme compte aujourd’hui 85 adhérents issus principalement du monde de l’agriculture de l’énergie, et des technologies agrivoltaïques. Photo : jeson / Adobe Stock
Créée en juin 2021, France Agrivoltaïsme compte aujourd’hui 85 adhérents issus principalement du monde de l’agriculture de l’énergie, et des technologies agrivoltaïques. Photo : jeson / Adobe Stock

Alors que l’avenir de l’agrivoltaïsme est au cœur de l’actualité parlementaire avec l’examen du projet de loi d’accélération des énergies renouvelables, France Agrivoltaïsme, première association de promotion et de défense de la filière, annonce l’adhésion de la FNSEA et de Chambres d’agriculture de France et la création d’une coprésidence qui sera confiée à un membre du collège agricole.
Antoine Nogier, président de France Agrivoltaïsme, explique que :

L’arrivée de la FNSEA et de Chambres d’agriculture de France au sein de France Agrivoltaïsme est un signal fort. Après l’entrée de la Coopération agricole il y a 1 an, le fait que deux autres acteurs majeurs du monde agricole, que sont la FNSEA et CDA France, nous rejoignent nous conforte dans notre vision d’un agrivoltaïsme au service de l’agriculture.

France Agrivolatïsme précise que l’adhésion de la FNSEA et de Chambres d’agriculture de France devrait permettre :

  • de garantir une meilleure prise en compte des besoins agronomiques, économiques et sociaux des agriculteurs dans les débats et positions de l’association, et par extension dans l’élaboration concrète de futurs projets agrivoltaïques vertueux ;
  • de mieux faire connaître aux exploitants l’intérêt des solutions qui donnent la primauté à l’activité agricole, et cherchent à lui apporter un bénéfice direct.

 

Une nouvelle gouvernance dans les semaines à venir

France Agrivoltaïsme a décidé de faire évoluer ses statuts afin de renforcer la représentation de la filière agricole, avec la désignation par le conseil d’administration d’un coprésident issu du collège Agriculture dans les prochaines semaines. L’association comptera désormais trois collèges (agriculture, énergie et technologies agrivoltaïques), qui disposeront chacun d’un poids équivalent dans la prise de décision.
Elle a également inscrit dans ses statuts les principes de développement de l’agrivoltaïsme, comme suit :

  • Les installations agrivoltaïques ne doivent remettre pas en cause la primauté de l’activité agricole à l’échelle de la parcelle ni le potentiel agronomique des sols. Elles ne doivent pas entraîner d’artificialisation des sols et doivent être réversibles ;
  • Les projets agrivoltaïques doivent faire l’objet d’une concertation locale afin d’associer les acteurs locaux et de les adapter aux spécificités agricoles de chaque territoire ;
  • Les sujets de spéculation foncière et de transmission des exploitations doivent être pris en compte dans le développement de tout projet agrivoltaïque ;
  • L’agrivoltaïsme doit ainsi être distingué des installations de panneaux photovoltaïques au sol sur terres agricoles, même dégradées, et des projets dont l’objectif n’est qu’une simple coexistence d’activités sur un même espace. Il doit aussi être distingué des projets qui ne permettent pas de développer une activité agricole significative sur la parcelle, qui peuvent détourner l’exploitation de sa finalité de production agricole, voire remettre en cause le potentiel agronomique des sols.
Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire