Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

ANPP

Des prévisions pommes-poires à la baisse

Publié le 31/08/2022 par Sabrina Beaudoin dans
Daniel Sauvaître, président de l’ANPP. Photo : S.Beaudoin
Daniel Sauvaître, président de l’ANPP. Photo : S.Beaudoin

Jeudi 25 août, l’Association nationale pommes-poires (ANPP) s’est réunie à Paris autour d’acteurs de la filière pour lancer la campagne 2022-2023. L’occasion pour Daniel Sauvaître, président de l’ANPP, et Vincent Guérin, responsable des affaires économiques, de revenir sur les tendances de récolte annoncées avant l’été.

Sans surprise, avec la canicule et le manque d’eau, la récolte pommes et poires sera réduite. Une sécheresse qui touche surtout une variété de pommes, la Gala. Un producteur présent dans la salle précisait : « Nous avons arrêté la collecte, nous sommes à 50 % du potentiel. » En effet, pour la Gala, l’ANPP suppose une baisse de 20 % par rapport à l’an passé. De plus, les températures élevées nuisent à la coloration, le marché frais sera d’autant plus pénalisé car il y aura une proportion de Gala à destination de la transformation plus importante. Pour la Golden, une baisse de 14% est attendue également. La Pink Lady est toujours leader, et, dans l’ensemble, les variétés clubs sont en progression, + 10 %, grâce notamment aux nouvelles plantations.

Quoi qu’il en soit, si les prévisions misaient sur 1 468 000 tonnes de pommes début août, lors du colloque Prognosfruit, un niveau assez proche de la moyenne et supérieur aux deux dernières années, aujourd’hui, une baisse est attendue pour atteindre 1 300 000 - 1 350 000 tonnes, soit 4 % de moins que l’an passé.

Même alerte au niveau européen. L’Italie annonce une baisse de 30 % en Gala, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas souffrent également de la sécheresse, mais aussi d’un manque de main-d’œuvre.

Cela dit, si la quantité et la taille ne sont pas au rendez-vous, le goût y sera ! Un taux de sucre exceptionnel est attendu. De quoi espérer une reprise de la consommation de pommes. Et comme le précisait un autre producteur dans la salle : « Avec la chaleur, nos pommes sont de véritables bonbons ! »

Poire, la variété Conférence la plus touchée

Pour la poire, c’est la variété Conférence qui risque d’être davantage impactée par la chaleur. Une récolte de 137 000 tonnes de poires en France a été annoncée fin juillet. Depuis les prévisions du colloque Prognosfruit, les choses ont changé. « En poire, le grossissement de Conférence n’est pas à son optimum. Cela risque d’impacter le potentiel calibre », précise Vincent Guérin.  

« Début août, nous attendions la pluie, le potentiel calibre était bon, mais finalement, nous avons subi de grandes chaleurs qui ont perduré et la sécheresse a affecté le potentiel de production et les réserves en eau étaient insuffisantes pour les producteurs ce qui a nui aux capacités d’irrigation », poursuit-il.

Cela dit, la récolte française retrouve des couleurs par rapport à 2021. Pour rappel, la production s’élevait à 56 000 tonnes l’an passé. Les poires d’été sont toutefois en nette progression avec la Williams. Une belle production est attendue pour la Comice.

 

Ajouter un commentaire