Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Énergie

​Coût de stockage et contrat d’énergie, les filières pommes de terre, fruits et légumes s'allient

Publié le 19/10/2022 par Sabrina Beaudoin dans
Le stockage permet notamment d’approvisionner le marché tout au long de l’année. Photo : DreanA/adobe stock
Le stockage permet notamment d’approvisionner le marché tout au long de l’année. Photo : DreanA/adobe stock

Conjointement, dans un communiqué début octobre, les filières pommes de terre, fruits et légumes ont alerté sur la hausse du prix de l’électricité qui impacte directement les coûts de stockage. Une situation qui remet en cause la survie des exploitations.
 
Le coût du stockage des récoltes en chambres froides, que ce soit en pommes de terre, en fruits ou en légumes, dépend du prix de l’électricité (ventilation, groupe froid…). Le stockage est une étape cruciale qui permet notamment d’approvisionner le marché tout au long de l’année dans des conditions de conservation optimales (0° à 8°), sans ajout de substances actives utilisées pour la conservation.
 
Selon l’UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre), la FN3PT (Fédération nationale des producteurs de plants de pommes de terre), la FNP fruits (Fédération nationale des producteurs de fruits), et Légumes de France, « entre la moitié et les trois quarts des producteurs (en fonction des filières) sont ou seront en renégociation de leurs contrats électriques 2023 sur des puissances supérieures à 36 kVA (ou 33 kW), puissances actuellement inéligibles au bouclier énergétique (TRV TPE) mis en place par le Gouvernement ».
 
En passant en moyenne de 50-60 €/MWh à 550-600 €/MWh, les surcoûts sur les produits stockés engendrés par cette explosion du prix ne sont, à ce jour, couverts ni par les prix de contrat ni par les prix du marché. Les surcoûts se chiffrent à plusieurs dizaines de milliers d’euros par exploitation.
 
« Face au risque de voir des équilibres économiques être profondément ébranlés, l’UNPT, la FN3PT, la FNP Fruits et Légumes de France réitèrent collectivement leur demande au Gouvernement avec la plus grande fermeté : ouvrir à toutes les exploitations agricoles le bénéfice du bouclier tarifaire (TRV) pour les puissances raccordées supérieures à 36 KvA », précise le communiqué commun.

Quelques chiffres clés

Pommes de terre de consommation :

L’augmentation moyenne du prix de l’électricité en 2023 pour les bâtiments de stockage raccordés à des puissances de plus de 36KVa est de +500%.
Toutes exploitations et types de stockage confondus, c’est en moyenne un coût de stockage à la tonne (en groupe froid) qui passerait ainsi de 8€ tonne à 28€ tonne, avec des relevés parfois affichés sur certains contrats proposés de 8€ à 70€/t. En moyenne, les stockages de pommes de terre ont une capacité de 2000 tonnes.

Plants de pommes de terre :

Ramené à l’hectare de production de plants, le coût moyen de l'électricité passe de 1102,68 €/ha en 2022 à 2150,23 €/ha en 2023 soit de 36,75 €/T à 71,67 €/T. En 2023, l'électricité pourrait représenter près de 14 % du total des coûts de production contre 7,6 % en 2022.

Pommes-poires :

Le coût du stockage moyen pour 2023 (avec nouveaux contrats) des pommes et des poires passerait ainsi de 0,02€ à 0,1€/kilogramme, soit +400%.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire