Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Fruits à coque

​Carrefour soutient le développement d’une filière amande française bio

Publié le 21/07/2021 par Sabrina Beaudoin
Photo 4F.Media/Adobe Stock
Photo 4F.Media/Adobe Stock

Développer la filière d’amande française bio, c’est l’objectif que s’est fixé Carrefour en partenariat avec la coopérative La Melba. L’enseigne s’est engagée, pour trois ans, en prix et en volumes avec cinq producteurs en conversion, selon un communiqué de l’enseigne publié le 6 juillet.

La principale mission de cet accord est d’accompagner les producteurs en conversion à l’agriculture biologique. Les trois années correspondent notamment au temps nécessaire pour se convertir. Durant cette période, les amandiers sont cultivés en respectant les règles de l’agriculture biologique, une phase essentielle car elle permet au sol et à la biodiversité de l’exploitation de se régénérer. Mais cette phase a un coût. Si l’agriculteur en conversion doit travailler comme un agriculteur biologique, sa production, elle, ne peut pas encore être commercialisée sous le label « bio ».

Sécurité et visibilité

Les trois années de conversion peuvent être économiquement difficiles. C’est la raison pour laquelle « l’enseigne s’est engagée dans l’accompagnement et le développement d’une filière d’amandes bio françaises, avec un engagement sur les prix et les volumes pour trois ans minimum, ce qui permet d’apporter à la fois sécurité et visibilité aux cinq producteurs de la coopérative qui se lancent dans la conversion », indique Carrefour dans son communiqué.

40.000 tonnes d’amandes importées

En France, plus de 40.000 tonnes d’amandes sont consommées chaque année, dont 98 % sont importées, d’Espagne ou des États-Unis notamment. Dans les Pyrénées-Orientales, la coopérative La Melba tente de faire renaître cette filière qui a quasiment disparu en France. Depuis quelques années, près d’une vingtaine de producteurs se sont lancés dans l’aventure, pour un total de 200 tonnes d’amandes produites par les agriculteurs adhérents à la coopérative La Melba. En avril 2021, la coopérative a d’ailleurs lancé un nouveau débouché, la crème d’amande Mandaya, une préparation culinaire qui permet de confectionner son propre lait d’amande ou autres recettes.

D’ici trois ans, le nombre d’hectares d’amandes cultivées en bio aura quintuplé grâce à cette conversion, en passant de 3 hectares en 2020 à 17 hectares en 2024. Les amandes en conversion sont déjà disponibles en version entières décortiquées dans quatorze magasins du Sud-Est de la France, et les premières amandes certifiées agriculture biologique arriveront dans les prochains mois.
 

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire