Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Tribune libre

André Graglia : "Le jour d'après..."

Publié le 14/04/2020 par Bérengère Bosi dans
André Graglia : "Nos producteurs sont passés en quelques semaines de pollueurs à héros de la nation, puisse cela continuer." Photo : Cefel
André Graglia : "Nos producteurs sont passés en quelques semaines de pollueurs à héros de la nation, puisse cela continuer." Photo : Cefel

En cette période particulière, Médiafel donne la parole aux acteurs de la filière fruits et légumes. Aujourd'hui, André Graglia, directeur de l'Apfelso et de l'AOPn Prune s'exprime.

Nous savons qu’il n’y aura pas un jour d’après mais une longue période de reconstruction de l’économie. Oui c’était une folie de déléguer (en partie) notre alimentation à d’autres pour reprendre le verbatim présidentiel ; ouvrant désormais le champ à l’exception « agriculturelle ».

Le temps va bientôt venir de passer aux actes, à la relance, de réfléchir sur la durée…

Nous allons voir s’opposer, demain peut-être plus encore qu’aujourd’hui, plusieurs visions pour notre modèle alimentaire, agricole. Pression sociétale entretenue par les médias du tout bio court et local face à la réalité économique : 70% des Français achètent leurs produits alimentaires en grandes surfaces. Nous devrons utiliser plus que jamais toutes les tribunes qui nous sont offertes, les portes qui nous sont ouvertes pour faire entendre un message de raison, de pondération et surtout de complémentarité.

Il y a un grand danger que des acteurs politiques majeurs misent massivement sur le retour à un « Martine à la ferme » en pensant nourrir demain un marché de bientôt 800 millions d’Européens majoritairement avec des solutions locales en lien direct producteurs-consommateurs.
Ces démarches ont beaucoup de sens mais elles ne peuvent seules constituer la solution. Elles peuvent exister et se développer parce qu’existent à côté des filières organisées qui structurent l’économie de nos territoires, assurent la planification de l’offre et permettent d’atténuer la volatilité des prix aussi bien au niveau de la production que des consommateurs.

Vision collective

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la coopération, la solidarité, la mutualisation ont permis de bâtir des solutions durables et humanistes dont nous profitons toujours près de trois quarts de siècle après.
La juxtaposition d’initiatives individuelles n’a jamais constitué une politique durable si elles ne s’inscrivent pas dans une vision plus partagée, collective.
Sans cette vision de l’effort collectif, la capacité à mutualiser des moyens… Aurions-nous été capables de maintenir l’indispensable chaîne alimentaire avec l’ensemble des maillons de l’aval ?

De même, sans les molécules indispensables à la protection des récoltes et en l’absence de solutions alternatives, serions-nous en mesure d’atteindre l’objectif d’une sécurité alimentaire ? Sauf à continuer d’importer l’alimentation que nous ne voulons plus dans nos assiettes, celle ne respectant pas les normes environnementales et sociales européennes.
Nos producteurs sont passés en quelques semaines de pollueurs à héros de la nation, puisse cela continuer. Jamais la phrase de Raymond Lacombe qui a présidé mon école d’agronomie n’a si bien résonné : "Pas de pays sans paysans !"

La science à la rescousse

La question de l’utilité de plantes résistantes aux sécheresses, changement climatique et ravageurs va se reposer avec encore plus d’acuité. Si nous voulons sortir du recours, même mesuré, aux pesticides, contribuer à l’autosuffisance alimentaire des pays émergents... Alors requestionnons les possibilités offertes par les biotechnologies et cessons d’être dans un déni de sciences.
Cette crise est aussi le révélateur d’un déficit d’Europe, qui ne peut là aussi se résumer à l’addition de stratégies nationales sans un ciment constitué de solidarité, de coopération et de mutualisation. Puisse le sursaut vital de nos institutions européennes appelé avec force par Jacques Delors à se concrétiser très vite !
Bon courage à nous tous ! Merci à vous producteurs !
 

André Graglia,
directeur de l'Apfelso et de l'AOPn Prune

Ajouter un commentaire