Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Aléas climatiques

600 millions d'euros par an alloués à la gestion des risques climatiques

Présidence de la République
Présidence de la République

Lors de son déplacement à Corbières (Alpes-de-Haute-Provence), le 10 septembre, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un doublement des fonds publics dédiés à la gestion des risques climatiques en agriculture.

Aujourd’hui, le nombre d’agriculteurs qui bénéficient d’une assurance récolte est très faible. Seulement 30 % des surfaces en grandes cultures sont couvertes, 6 % en arboriculture et 1 % en prairies.

Fin juillet, Frédéric Descrozaille, député et président du groupe de travail relatif à la gestion des risques et l’assurance récolte, avait remis un rapport au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Ainsi, le président de la République a annoncé une refondation de la gestion du risque climatique en agriculture applicable dès 2023.

« Si on veut une souveraineté agricole, on va devoir complètement repenser le modèle d’assurance. Nous allons devoir bâtir, je dis "nous" parce que c’est la Nation tout entière, un nouveau régime », avait précisé Emmanuel Macron le 18 mai 2021.

Dans les faits, cette réforme incitera à plus de prévention, et garantira plus de protection, pour assurer la résilience de la ferme France face au changement climatique.

« Il s’agit de créer un régime universel d’indemnisation du risque climatique : tous les agriculteurs, quel que soit le type de culture, qu’ils soient ou non assurés, bénéficieront de l’intervention de l’État en cas d’aléas exceptionnels. En parallèle, l’assurance multirisque climatique subventionnée sera rendue plus attractive, afin de généraliser l’assurance à terme », annonce le Gouvernement.

 
La réforme prévoit un doublement du budget public, dédié à la subvention à l’assurance et à l’indemnisation des pertes de récoltes, pour passer d’environ 300 à 600 millions d’euros par an.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire