Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

D²BIOFRUITS

Un projet pour limiter les pertes post-récolte en bio

Publié le 19/02/2014 par Fleur Masson dans
« Nous souhaitons lever les verrous post-récolte qui limitent actuellement le développement de certaines espèces en bio », explique ainsi Sébastien Lurol, ingénieur CTIFL et chef du projet.
« Nous souhaitons lever les verrous post-récolte qui limitent actuellement le développement de certaines espèces en bio », explique ainsi Sébastien Lurol, ingénieur CTIFL et chef du projet.

Un nouveau projet Casdar porté par le CTIFL a débuté début janvier. Il a pour objectif de mieux évaluer les pertes pot-récolte et d’étudier l’efficacité de différents procédés bios de désinfection et de désinsectisation.

Le but final du projet est de rendre accessible au plus grand nombre des fruits issus de l’agriculture biologique et présentant une qualité sanitaire, technologique et nutritionnelle maîtrisée.

« Nous souhaitons lever les verrous post-récolte qui limitent actuellement le développement de certaines espèces en bio », explique ainsi Sébastien Lurol, ingénieur CTIFL et chef du projet.

Le projet ambitionne également d’identifier les étapes critiques d’apparition de dégâts chez les opérateurs de la filière, et de transférer les techniques les plus efficaces en conditions réelles chez des producteurs, en partenariat avec des équipementiers.

Les principales espèces concernées par le projet sont la châtaigne, le raisin de table, la mangue et la pêche.

Le projet se déroulera sur trois ans et implique différents partenaires : le CTIFL, le Cirad, l’Université d’Avignon, le domaine expérimental La Tapy, Xeda International, Koppert, le lycée agricole Saint-Paul à la Réunion, la sarl Reuse et ProNatura.

 

Ajouter un commentaire