Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Ravageurs

Le spectre de la cicadelle plane sur l’oignon doux des Cévennes

Connu des plus grandes tables et des fins gourmets, l’oignon doux des Cévennes est un produit haut de gamme dont la culture s’étend du sud des Cévennes à l’ouest du département du Gard sur plus de 30 communes. Photo : Origine Cévennes
Connu des plus grandes tables et des fins gourmets, l’oignon doux des Cévennes est un produit haut de gamme dont la culture s’étend du sud des Cévennes à l’ouest du département du Gard sur plus de 30 communes. Photo : Origine Cévennes

Cette année, la récolte d’oignon doux des Cévennes risque d’être amputée de plusieurs tonnes. La raison ? Une invasion de cicadelles qui détruisent les cultures. Un phénomène inédit au cœur de cette zone de production comme l’indique la coopérative Origine Cévennes :

La récolte vient juste de débuter et ce fléau engendre des pertes importantes, car 30 à 50 % des parcelles sont touchées par la cicadelle et ce dans la plupart des zones de production.

Après deux saisons exceptionnelles (2 500 tonnes en 2020 et 2 600 tonnes en 2021), les 70 adhérents de la coopérative1 s’attendent à une récolte qui ne dépassera pas les 2000 tonnes.

Des bassins de rétention pour compenser le manque d’eau

Les températures élevées de ces derniers mois qui ont entraîné une sécheresse inhabituelle, ont, elles aussi, entamé le potentiel de production comme l’explique Mickaël Randon, producteur installé à Taleyrac, dans le Gard :

Cette année, les semis et le repiquage se sont bien déroulés sur nos cultures en terrasses ancestrales. Mais à l’heure actuelle, les exploitations sont confrontées à deux phénomènes. Le changement climatique entraîne un manque d’eau dans toute la zone de production avec des arrêtés interdisant l’irrigation au-delà de 8 heures du matin. Et, les oignons doux sont sujets à une attaque de cicadelles qui piquent l’oignon et entraînent sa décomposition dans toute la vallée dédiée à sa culture. Des attaques liées aux très fortes chaleurs de ces derniers mois.

Face à cette situation, le producteur plaide pour la création de bassins de rétention pour compenser le manque d’eau :

Nous allons être obligés de monter des projets de création de bassins de rétention, car nos cultures sont de plus sujettes à la sécheresse. Nous allons devoir susciter les pouvoirs publics pour aider à la sauvegarde de notre culture ancestrale.

(1) La coopérative Origine Cévennes fédère 90 % des producteurs d’oignons doux des Cévennes.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire