Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Produits phytosanitaires

Une charte des bonnes pratiques pour la pomme du Limousin

Lundi 20 mars 2017, les pomiculteurs de la zone de l'AOP Pommes du Limousin ont signé une charte des bonnes pratiques sur l'usage des pesticides.
Lundi 20 mars 2017, les pomiculteurs de la zone de l'AOP Pommes du Limousin ont signé une charte des bonnes pratiques sur l'usage des pesticides. Photo : Pommesdulimousin.org

Hier, lundi 20 mars 2017, les pomiculteurs de la zone de l'AOP Pommes du Limousin ont signé avec les pouvoirs publics, les riverains et les associations de défense de l'environnement, une charte des bonnes pratiques sur l'usage des produits phytosanitaires.

Au début de l’année 2015, le sous-préfet de la Corrèze avait demandé à l’association Phyto-Victimes de jouer le rôle de médiateur entre les parties concernées. À l’époque, la situation était extrêmement tendue, indique l’association, suite à plusieurs articles de presse et reportages télévisés mettant en évidence la problématique de l’impact des pesticides sur les riverains. Les professionnels se disaient stigmatisés et les riverains se sentaient des victimes non reconnues et très peu entendues.
 
Après plus de deux ans de négociations, cette première charte en France entre pomiculteurs et association de riverains a pu être rédigée. Cette charte propose des mesures visant à limiter la dispersion des pesticides lors des épandages dans les vergers, notamment la plantation de doubles haies, la pose de filets anti-dérive, voire la mise en place de zones tampon entre les maisons et les pommiers, la pose également de manches à air pour mieux évaluer la force du vent, détaille France Bleue Limousin.
 
Malgré la satisfaction de cette signature, l’association Phyto Victimes dénonce l’absence d’un représentant du ministère de l’agriculture dans ce dossier, pour soutenir cette initiative. De leur côté, quelques producteurs dénoncent des zones tampons trop grandes, qui raboteraient les surfaces des plantations, précise France Bleu. Mais Laurent Rougerie, président de l’AOP Pommes du Limousin, se félicite de cette charte, précisant que les associations de riverains s'engageront désormais à poursuivre le dialogue plutôt que communiquer par voie de presse dès qu'un problème survient.
 

Ajouter un commentaire