Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Palissage

Quels piquets pour mes bâches anti-pluie ?

« Avec une bâche anti-pluie, il ne faudra pas dépasser 6 m d’écartement entre deux piquets », souligne Jean-Paul Lagarrigue, commercial France pour CMV.
CMV

Depuis quelques années, des bâches anti-pluie en plastique formant un toit au-dessus des arbres se développent dans les vergers de pommiers, pour créer une barrière mécanique contre la pluie et, ainsi, limiter le développement de la tavelure. Mais attention, le palissage doit permettre la bonne tenue de ces bâches, ayant une plus forte prise au vent. Jean-Paul Lagarrigue, commercial France pour CMV, fabriquant espagnol de piquets explique :

Nous conseillons de densifier le nombre de piquets à l’hectare pour les vergers avec des bâches anti-tavelure, mais aussi de monter en hauteur, avec des piquets de 5 à 5,50 m Ainsi, il ne faudra pas dépasser 6 m d’écartement entre deux piquets de diamètre 12-14 cm. Pour des diamètres de 10-12 cm, la densification devra être encore plus importante.

Olivier Prieur, responsable commercial de la gamme agricole chez Gaillard Rondino et directeur du site d'Aumont-Aubrac en Lozère, ajoute :

Avec la montée en puissance des bâches anti-pluie, qui se développent dans diverses productions, il faut utiliser des piquets plus longs, de 4,50 m jusqu’à 6 m de hauteur selon les vergers, avec des diamètres fin bout de 10-12 à 12-14 cm. Pour ce qui est de la densité de mise en place, le nombre de piquets dépendra du nombre de couvertures sur le verger, avec la protection anti-pluie et anti-grêle. Il faut donc échanger avec son installateur, afin d’avoir une structure de palissage qui résiste au type de couverture.

Le système d’ancrage et de fils est aussi à établir en fonction des tensions plus importantes, liées à la présence des bâches anti-pluie.
 

Ajouter un commentaire