Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Autorisation de plantation

Le flou persiste pour les cépages à double fin

Pour son rendez-vous de filière, l’AOP raisin de table avait invité des représentants des Douanes, de l’Inao, de FranceAgriMer, de la DDT 84, ainsi que le président de l’ODG IGP Vaucluse.
Pour son rendez-vous de filière, l’AOP raisin de table avait invité des représentants des douanes, de l’INAO, de FranceAgriMer, de la DDT 84, ainsi que le président de l’ODG IGP Vaucluse. Photo: L.Rubio/Pixel Image

Finis les droits de plantation, place aux autorisations depuis le 1er janvier 2016. Pour autant, la filière raisin de table attend toujours des réponses concrètes du ministère pour les quelques cépages impactés: les double fin, utilisés en table et en cuve. 

Pour son rendez-vous de filière jeudi dernier, l’AOP raisin de table avait ainsi invité des représentants des douanes, de l’INAO, de FranceAgriMer, de la DDT 84, ainsi que le président de l’ODG IGP Vaucluse afin de lever le flou réglementaire qui règne sur l’autorisation de plantation des cépages à double fin, particulièrement utilisés dans le Vaucluse.

Cardinal, Danlas, Lival et Ribol : cépages "non historiques"

Désormais les producteurs concernés par ces cépages ont l’obligation de s’inscrire via la plateforme Vitiplantation pour tout projet de plantation nouvelle, replantation ou conversion de droits. Les autorisations sont gratuites et incessibles. Les travaux doivent aboutir dans un délai maximum de trois ans, sous peine de lourde sanction (jusqu’à 6 000 € d’amende).

Si la réglementation est plutôt claire pour les cépages à double fin "historiques" comme Alphonse Lavallée, le flou persiste encore sur les cépages dits "non historique" : Cardinal, Danlas, Lival et Ribol.

Abroger la date pivot de 2000

La conversion de droit et la vinification est possible en IGP Vaucluse, oui, mais à condition que les cépages aient été plantés après l’année 2000, date du classement officiel des cépages double fin. Les discussions sont donc encore en cours pour les plantations effectuées à une date antérieures.

Une complexification administrative que la filière exhorte de simplifier. Pour Joël Reynaud, le président de l’ODG IGP de Vaucluse, c'est éxagéré:

"Pourquoi complexifier une règle qui concerne une production marginale ?"

Comprendre la situation actuelle

 

Extrait de la présentation "État des lieux cépages raisin de table en Vaucluse au 9/12/2015", présenté à l'occasion de la journée raisin de table le 21 janvier dernier.

Ajouter un commentaire