Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Pommes

Le gel d’avril affecte la production à la baisse

Les premières estimations pourraient encore être revues à la baisse en raison de possibles tris au moment de la récolte. © F. Pierrel/Pixel image
Les premières estimations pourraient encore être revues à la baisse en raison de possibles tris au moment de la récolte. © F. Pierrel/Pixel image

Selon la dernière note de conjoncture publiée par Agreste, la production française de pommes est estimée à 1,376 million de tonnes, soit en baisse de 8% par rapport à la récolte de 2016 et de 10% par rapport à la moyenne 2012-2016. Comme le précisent les auteurs de la note : « Affectée par des épisodes de gel en avril, la production 2017 serait l’une des plus petites récoltes depuis 10 ans et s’accompagnerait d’une grande variabilité des volumes entre parcelles. Des incertitudes fortes entourent ces premières estimations en raison notamment de possibles tris au moment de la récolte, résultant de défauts visuels provoqués par le froid. »

La région Paca reste la plus affectée

La baisse de récolte annoncée n’impacte pas de la même façon les différents bassins de production :

  • En Paca, les vergers ont été touchés par les gelées en avril, notamment en zone d’altitude. Les pertes seraient très variables selon la localisation des vergers (de 10 à 100%). Pour l’heure, il est fait état d’une baisse moyenne de 15% de la production sur un an, avec une production annoncée de près de 330000 tonnes.
  • En vallée de la Garonne, l’état sanitaire est préservé. Après une floraison initialement abondante, le gel d’avril a causé des pertes de production, variables selon le lieu et les variétés. La baisse de la production atteindrait - 3% sur un an.
  • En Languedoc-Roussillon, la surface en production diminuerait de 3% sur un an à la suite d’arrachages. Malgré des rendements prévus en hausse (+2%), la production baisserait légèrement sur un an.
  • En Pays de la Loire, les pertes consécutives au gel d’avril seraient très variables, allant jusqu’à 30% par endroits. La charge des arbres est variable selon les parcelles et les variétés. La production est prévue à 227000 tonnes, en baisse de 4% sur un an.
  • En Aquitaine, les gelées d’avril ont infligé des dégâts variables aux vergers dont la floraison avait été pourtant abondante. Sur le bassin, la production s’annonce néanmoins équivalente à celle de 2016.
  • En Limousin, les gelées entraîneraient une chute de la production (- 26%) et des défauts visuels sur les fruits (russet et anneau de gel).
  • En vallée du Rhône, le gel a aussi touché les vergers, les pertes atteignant jusqu’à 90% dans certaines zones. La production reculerait de 10%.
  • Dans le Centre-Val de Loire, la récolte reculerait de 7% sur un an en raison des gelées d’avril avec, là aussi, des conséquences variables selon les zones.

 

Ajouter un commentaire