Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

MedFEL

Les prévisions 2021 de récolte d’abricots et melons dévoilées

Publié le 19/05/2021 par Olivier Lévêque dans
Lors des deux premiers mardis de medFEL, les prévisions de récolte en abricots et melons ont été présentées. Photo AliSta/Adobe stock
Lors des deux premiers mardis de medFEL, les prévisions de récolte en abricots et melons ont été présentées. Photo AliSta/Adobe stock

Les 4 et 11 mai derniers se sont déroulés les deux premiers mardis de MedFEL, un format digital en réponse à l’impossibilité de la tenue physique du Salon en Occitanie. Éric Hostalnou, de la chambre d’agriculture des Pyrénées Orientales, en charge des prévisions de récoltes en pêches, nectarines et abricots, a d’abord rappelé les chiffres de la petite campagne 2020 pour l’abricot : 83.900 t en France, 163.000 t en Italie, 102.200 t en Espagne et 78.000 t en Grèce. Avec 427.000 tonnes au niveau européen, 2020 correspond ainsi à une toute petite récolte d’abricots, en raison du manque de froid l’hiver, de la pluie, du gel et de la grêle. Il faut remonter à 2003 et à 1998 pour trouver des récoltes plus faibles avec respectivement 390.000 tonnes et 365.000 tonnes.

Pour 2021, le climat n’aura pas épargné les producteurs non plus, au contraire ! La récolte 2021, avec un peu plus de 343.000 tonnes prévues, est inférieure de 20 % à celle de l’année dernière déjà très modeste, et inférieure de 40 % par rapport à la moyenne 2015/2019. Après un hiver relativement normal, c’est le gel qui a touché une bonne partie des vergers. Dès janvier, en Grèce, avec des températures sibériennes, puis fin mars en Espagne et tout particulièrement en Catalogne, puis début avril en France, en Italie et une fois de plus en Grèce avec une vague de froid globale, parfois sur plusieurs jours, qui a touché les petits fruits déjà formés avec une végétation souvent anticipée par la douceur exceptionnelle du mois de mars, précise la synthèse accessible sur le site de medFEL.

La Grèce prévoit 55.000 t d’abricots, inférieure de 29 % à celle de l’année dernière et de 23 % à la moyenne 2015/2019. En Espagne, la production serait en baisse pour la troisième année consécutive pour atteindre près de 87.000 tonnes soit moins 15 % par rapport à 2020 et moins 31 % par rapport à la moyenne 2015/2019. L’Italie, avec toutes ses zones de production du Nord au Sud touchées par le gel, table sur une prévision de récolte de 154.000 t, soit une baisse de 5 % par rapport à 2020, année déjà très déficitaire, et de 37 % par rapport à la moyenne 2015/2019. Enfin pour la France, les pertes suivent un gradient d’intensité décroissante du Nord au Sud avec la région Rhône-Alpes, première région de production en France, qui est la plus touchée, puis la région PACA avec de gros dégâts dans le Vaucluse et le nord des Bouches-du-Rhône, et enfin le Languedoc-Roussillon où l’intensité du gel a été parfois moindre et où on trouve des vergers sauvegardés. La prévision de récolte 2021 sur l’Hexagone s’approche tout juste de 50.000 tonnes, très en dessous des années historiquement faibles de 2020, 2008, 2001 ou 1998. Les volumes présents en début de campagne se verront de plus en plus réduits au cours de la saison, en raison des vergers de Rhône-Alpes plus tardifs touchés très durement.
 

Melon : hausse pour le sud-est français

Lors du 2e mardi de medFEL le 11 mai, les prévisions de plantations de melon charentais ont été présentées pour le Maroc, l’Espagne et la France. D’après les enquêtes de l’AIM (association interprofessionnelle du melon) auprès des opérateurs, les prévisions semblent quasi stables pour le Maroc avec 200 ha (-20 ha) pour Dakhla en melon charentais vert, 1.025 ha pour Marrakech (+25 ha), 140 ha de charentais vert pour Agadir, et 120 ha de charentais jaune pour Kenitra. Sur l’Espagne, les prévisions de surfaces semblent légèrement à la baisse, avec 3.900 ha (-200 ha) pour Murcia et Alicante (80 % charentais jaune), 300 ha de charentais vert pour Almeria (stable), 450 ha de charentais jaune 450 ha pour Séville (-50 ha) et environ 150 ha de charentais vert sur le reste du pays.

Sur la France enfin, 3.500 ha sont prévus sur le Centre-Ouest (dont 10 ha sous serres), 2.400 ha dont 30 ha serres sur le Sud-Ouest, et 5.650 ha (+250ha) dont 430 ha serres sur le Sud-Est. La France totalise ainsi 11.650 ha, soit une hausse de 250 ha, principalement sur la partie Camargue. Les plantations se poursuivent, les prévisions en termes de volumes dépendront du climat à venir et des conditions de nouaison des cultures. Les volumes et les pics de production dépendront de la nouaison et des conditions climatiques des mois de mai et juin.

Prochain mardi de medFEL le 25 mai

Lors du prochain mardi de medFEL, le 25 mai à 16h, les prévisions européennes de pêches et nectarines et nectarines seront présentées. La table ronde aura pour sujet : "E-commerce et drive : zéro de conduite pour les fruits et légumes frais ?" Pour vous inscrire c'est ici.

 

 

Ajouter un commentaire