Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Transport

​La ligne de fret Rungis-Perpignan redémarrera en octobre

Publié le 22/09/2021 par Sabrina Beaudoin dans
 Le fret ferroviaire ne représente que 9 % du transport intérieur de marchandises. Photo Rochagneux/Adobe Stock
Le fret ferroviaire ne représente que 9 % du transport intérieur de marchandises. Photo Rochagneux/Adobe Stock

Lors d’un déplacement, le 20 septembre, à Limoges, sur le plan de relance, le Premier ministre Jean Castex et le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri ont annoncé la réouverture de la ligne de fret ferroviaire Rungis-Perpignan courant octobre. La réhabilitation de cette ligne s’inscrit dans le cadre du plan gouvernemental d’un milliard d’euros d’ici à 2024 pour le développement du fret ferroviaire.

Cette liaison, qui permet l’acheminement en wagons réfrigérés de fruits et de légumes, était à l’arrêt depuis l’été 2019. Elle représente l’équivalent d’« un trafic d’environ 9.000 camions par an », selon le ministère des transports, soit plus de 400.000 tonnes de marchandises.

En décembre dernier, le Gouvernement avait lancé un appel à manifestation d'intérêt pour la reprise du « train des primeurs ». Une ligne d’une importance évidente qui relie la plateforme Saint-Charles International de Perpignan, premier centre de commercialisation, de transports et logistique de fruits et légumes en Europe, à Rungis, ville où se situe le plus grand marché de produits frais au monde. Le 20 septembre, la réouverture de la ligne est confirmée et redémarrera en octobre.
 

 170 M€ par an jusqu’en 2024

Doubler la part des marchandises transportées par le rail en France d’ici à 2030 : c’est l’objectif du Gouvernement. Pour y répondre, 170 M€ par an jusqu’en 2024 seront alloués pour soutenir l’exploitation des services de fret ferroviaire. Le fret ferroviaire ne représente que 9 % du transport intérieur de marchandises, 90 % d’entre elles sont acheminées par la route.

« Pour l’exploitation, nous avons déjà engagé 170 millions d’euros d’aides cette année, notamment pour financer le démarrage de nouvelles autoroutes ferroviaires. Trois projets prioritaires ont été annoncés par le Premier ministre : Calais-Sète, Cherbourg-Bayonne, et Perpignan-Rungis », avait indiqué Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des transports, lors de l’inauguration de la Semaine de l’Innovation du transport et de la logistique le 13 septembre.

Inscrits dans le projet de loi de finances 2021, ces 170 millions d’euros d’aide à l’exploitation se rapportent à : la prise en charge à hauteur de 50 % des péages dus par les opérateurs de fret à SNCF Réseau ; 70 M€ pour les wagons isolés ; 47 M€ pour l’exploitation des services de transport combiné ; 15 M€ pour les autoroutes ferroviaires.

100 milliards déjà engagés  

« Ce plan de relance se déploie bien. Nous avons déjà engagé la moitié des 100 milliards prévus et l’objectif, c’est d’être à 70 % à la fin de l’année 2021. Le volet ferroviaire de ce plan de relance est un volet extrêmement actif pour le fret, pour la réouverture des trains de nuit, pour la réouverture de petites lignes ou la sauvegarde de petites lignes, pour le désenclavement de métropoles comme Limoges », a précisé Jean Castex, le Premier ministre, lors de sa visite du Train de la relance à Limoges le 20 septembre 2021. 

Ajouter un commentaire