Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Marché

La crise sanitaire a favorisé la consommation de bananes

Publié le 21/07/2021 par Danielle Bodiou dans
La banane a fait partie des « produits refuges » pendant cette période de crise sanitaire, selon l’AIB. Photo paul_burns/Adobe stock
La banane a fait partie des « produits refuges » pendant cette période de crise sanitaire, selon l’AIB. Photo paul_burns/Adobe stock

L’année 2020 a été marquée par une progression de la consommation de bananes. Selon l’AIB, l’Association interprofessionnelle de la banane, l’année se solde par une augmentation des sommes dépensées par les ménages de plus de 9 %, sous l’effet conjoint d’une hausse des volumes (+5,7 %) et des prix (+3,6 %).

« Tous les indicateurs de consommation progressent : la banane a fait partie des « produits refuges » pendant cette période de crise sanitaire », indique l'AIB

Cette   progression a concerné de manière transversale toutes les catégories de consommateursToutes les catégories de produits sont également en hausse, à l’exception des bananes bio : elles progressent en termes de nombre d’acheteurs, mais avec un recul des quantités achetées par acheteurs.
 
Sur le premier semestre 2021 (de janvier à mi-juin), les achats des ménages accusent un léger recul – de 0,8 % en volume et de 3 % en valeur – par rapport à l’an dernier, où la période du premier confinement avait été marquée par des achats records. Par rapport à 2019, les achats restent en progression, de 4,9 % en volumes et de 6,4 % en valeur.
 
L’approvisionnement du marché en hausse

Selon l’AIB, l’approvisionnement du marché européen de la banane a progressé de 4 % en 2020 par rapport à 2019, pour atteindre le niveau record de 6,68 millions de tonnes. La parité euro/dollar a notamment renforcé la compétitivité des origines dollar sur les marchés européens. Le baromètre des prix import du Cirad est en revanche à l’un de ses plus bas niveaux.
 
L’approvisionnement net de la France progresse également fortement (+5 % par rapport à  2019), mais en raison d’une baisse des volumes réexportés, les arrivages en vert sur le marché français restant pratiquement stables. Le Cirad évalue la taille du marché français à près de 700.000 tonnes, avec un recul origines des Antilles et ACP (-8 %), et une progression de l’Amérique latine (+30 %, soit une part de marché de 27%).
 
Début 2021, l’approvisionnement en vert du marché français a été un peu chaotique, indique l’AIB, mais ressort, arrêté à fin avril, en hausse de 3 % par rapport à l’an dernier. La banane de Martinique et de Guadeloupe retrouve son niveau de 2019, alors que les produits d’Amérique latine poursuivent leur développement. En lien avec cet approvisionnement soutenu, l’indicateur de marché « sortie mûrisserie » 2021 est en nette baisse depuis le début de l’année par rapport à la moyenne des années antérieures.

Ajouter un commentaire