Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Emballages

Carrefour veut supprimer le plastique dès 2021

Publié le 13/05/2020 par Bérengère Bosi dans
Dès le courant de l'année 2020, Carrefour souhaite supprimer les alvéoles en plastique. Photo : Patryssia/Adobe stock
Dès le courant de l'année 2020, Carrefour souhaite supprimer les alvéoles en plastique. Photo : Patryssia/Adobe stock

Carrefour souhaite agir plus vite que la loi économie circulaire : l’enseigne prévient ses fournisseurs qu’elle veut « supprimer le plastique du rayon fruits et légumes d’ici début 2021 ».
 
Dans une note envoyée à ses fournisseurs en avril, l’enseigne Carrefour indique vouloir s’engager rapidement pour la suppression du plastique dans les rayons fruits et légumes. « Carrefour ambitionne d’aller plus loin que la loi », indique la note.
La loi économie circulaire prévoit une interdiction des emballages plastiques pour les fruits et légumes à compter du 1er janvier 2022. Les lots de plus de 1,5 kg et les produits sensibles ne sont cependant pas concernés par l’interdiction.

Tous les fruits et légumes concernés

Carrefour a décidé d’aller plus loin et plus tôt. L’enseigne prévoit la fin du plastique dans les rayons fruits et légumes « d’ici début 2021 ». Par ailleurs, « tous les produits non transformés sont concernés : y compris les conditionnements de plus de 1,5 kg, ainsi que les produits sensibles », indique l’enseigne.
Carrefour annonce vouloir travailler avec ses partenaires pour trouver des « solutions vertueuses » qui permettraient un « impact minime sur les coûts », une « qualité alimentaire conservée », un « impact commercial positif ou neutre », une « prise en compte des contraintes fournisseurs », et une « perception client 0 plastique ».
Pour atteindre ses ambitions, « Carrefour montera des groupes de travail avec fournisseurs et emballeurs, afin d’accompagner ses fournisseurs dans cette transition, et identifiera, en fonction des produits, les emballages alternatifs ». L’enseigne demande à ses fournisseurs de ne pas investir dans des machines d’emballage sans son accord préalable.

Ajouter un commentaire