Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Innovation

RobAgri : un projet ambitieux pour la robotique agricole française

Lancement du projet RobAgri, le 20 octobre dernier, par Irstea et Axema.
Lancement du projet RobAgri, le 20 octobre dernier, par Irstea et Axema. Logo : DR

C'est officiel, le 20 octobre dernier, les industriels de l’agroéquipement ont lancé leur consortium RobAgri. Ce projet ambitieux a pour objectif le développement de la robotique agricole avec la création d'une association des acteurs publics (instituts de recherche et pôles de compétitivité) et privés (industriels et équipementiers). Cela fait un an que les laboratoires, les start-up et les PME travaillent sur ce projet sous la direction du comité exécutif de l'Union des Industriels de l'Agroéquipement (Axema) et de l'Institut national de recherche en science et technologie pour l'environnement et l'agriculture (Irtsea).
Cette structure collective compte aujourd'hui une quarantaine de membres fondateurs. Domiciliée sur le site de recherche et d'expérimentation d’Irstea à Montoldre, l'association pourra s'appuyer sur les infrastructures de l'AgroTechnopôle d’Auvergne-Rhône-Alpes.

La robotique agricole est un marché très concurrentiel en pleine expansion et la France peut devenir un leader si elle s'en donne les moyens. Axema et Irstea ont décidé de relever le défi en créant une structure pour faciliter la conception, la certification et la mise sur le marché de robots innovants. Des freins subsistent, l'absence de réglementation, de normes et le manque d'infrastructures pour les tests et les évaluations. Pour cela, RobAgri veut mobiliser les compétences de tous les acteurs et mettre en place une plateforme d'échange en développant des synergies. 

Une plateforme d'échange innovante

Pour Michel Berducat, directeur adjoint de l'unité de recherche TSCF d'Irstea, "il faut impulser une dynamique collective pour élaborer des systèmes robotisés en adéquation avec les besoins des agriculteurs et des marchés." Pour cela, une plateforme d'échange innovante a été mise en place afin d'identifier et de partager les différents outils de travail, de concevoir des infrastructures et de créer des réseaux de connaissance. Les groupes de travail seront prochainement mis en place pour répondre à quatre objectifs bien spécifiques :

  • la mise en place d'une veille scientifique et technique pour identifier les besoins ;
  • l'identification de projets collaboratifs en recherche et développement et de dispositifs de financement ;
  • la qualification des performances des robots et la certification des protocoles et procédures ;
  • l’expertise réglementaire et normative des risques sur la sécurité des machines agricoles hautement automatisées.

Des robots au service d'une agriculture écoresponsable

L'agriculture est en pleine transition écologique et technologique. Avec la prise de conscience de son impact sur l'environnement et l'évolution des techniques de production, c'est un vrai challenge pour le milieu agricole. Pour Michel Berducat, "les agroéquipements intelligents du futur seront un levier assez significatif pour favoriser la transition écologique de l'agriculture."
Il existe encore quelques réfractaires mais la robotique offre de nombreux avantages aux agriculteurs : réduction des risques et de la pénibilité, limitation des intrants et de l'exposition aux produits phytosanitaires, gain de productivité. Les agriculteurs ont tout à gagner avec le développement de l'intelligence artificielle robotisée. Cela représente de gros investissements mais la rentabilisation de ces derniers est indiscutable en termes de productivité, de condition de travail et d'impact sur l'environnement. 
Les robots agricoles ne datent pas d'hier et sont déjà bien implantés dans les bâtiments de production mais il reste beaucoup de travail à faire en termes d'autonomie et pour les adapter aux conditions contraignantes des milieux ouverts (variabilité des terrains, conditions météorologiques). 

C'est avec des projets ambitieux comme RobAgri que la France peut retrouver une dynamique de croissance économique, avec des emplois et des parts de marché à la clef. C'est aussi un vecteur de promotion des nouveaux comportements écoresponsables à adopter en ces temps de transition écologique.

Plus d'information sur les sites d'Irstea et d'Axema.

 

Ajouter un commentaire