Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Tomate d’industrie

La Sonito fête ses 60 ans

Publié le 04/12/2017 par Caroline EVEN dans
Pascal Lenne, André Bernard et Robert Giovinazzo sont respectivement directeur, président et responsable technique au sein de la Sonito. © C.Even/Pixel Image
Pascal Lenne, André Bernard et Robert Giovinazzo sont respectivement directeur, président et responsable technique au sein de la Sonito. © C.Even/Pixel Image

La Sonito, l’interprofession nationale de la tomate destinée à la transformation, a célébré jeudi 30 novembre, son 60e anniversaire à Avignon, où se trouve son siège.

En 60 ans, la filière de la tomate transformée – qui adhère à l’Anifelt – a « traversé des péripéties », selon André Bernard, président de la Sonito. Il explique ainsi qu’« à partir des années 2000, la situation a été assez compliquée avec la pression du concentré chinois. (…) Depuis quelques années, on sort la tête de l’eau, la production s’est stabilisée à 200000 tonnes, mais c’est loin d’être suffisant aujourd’hui. »

L’ambition de l’interprofession est d’augmenter la production française de tomates d’industrie afin qu’elle représente 50% de la consommation française. Selon les chiffres de la Sonito, les Français consomment aujourd’hui 1,2 million de tonnes de tomates transformées (en équivalent frais). L’Hexagone doit donc importer massivement.

Une démarche de filière à mettre en place

Si cette progression de la production française est possible, selon le président de la Sonito, en revanche elle nécessite la mise en place d’une filière structurée qui sache se démarquer par rapport à la concurrence internationale et qui puisse « aller chercher de la valeur ajoutée tout au long de la filière ».

« Il faudra sans doute développer à côté de notre savoir-faire notre faire valoir et mieux communiquer à tous les niveaux notamment avec la marque « Fruits et légumes de France » et les initiatives qu’elle porte », a par ailleurs indiqué Pascal Lenne, directeur de la Sonito. 

Pour répondre aux enjeux de productivité et de qualité, la recherche et le développement est un axe essentiel pour l’interprofession, avec notamment le développement de nouvelles variétés de tomates résistantes au mildiou mais aussi de nouveaux systèmes de culture plus économes en intrants et notamment en eau.  

 

Ajouter un commentaire