Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Hausse du Seuil de revente à perte

La FNPF condamne Leclerc

La FNPF dénonce le manque de clarté du PDG de Leclerc. Droits réservés.

Dans le cadre des Etats généraux de l'alimentation (EGAlim), la proposition de hausse du taux du seuil de revente à perte créée des tensions entre les différents acteurs. Ce sont les propos de Michel-Edouard Leclerc qui ont mis le feu aux poudres : pour la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF),  la pilule ne passe pas.

Michel-Edouard Leclerc a récemment dénoncé la hausse du SRP (seuil de revente à perte)  proposée dans le cadre des EGAlim. Les agriculteurs, les industriels et les distributeurs se sont en effet accordés  sur une hausse de 12% à 17% du SRP.
Objectif ? 
 Augmenter le revenu des producteurs. Selon le PDG, la mesure est incohérente : "Cela constitue une attaque pour le pouvoir d'achat des français et va provoquer des hausses de prix de 5 % à 15% sur des milliers d'articles". 

Réponse cinglante de la FNPF

Dans son communiqué du 3 octobre, la FNPF dénonce le manque de clarté du PDG de Leclerc . La FNPF reproche en effet à Michel-Edouard Leclerc de compenser les faibles marges sur les produits manufacturés par des marges de 50 % sur les produits frais. Elle ne veut pas croire que le distributeur "cloisonne ses comptes par rayon" et parle d'asservissement des producteurs et des consommateurs par « la drogue du prix bas ». La FNPF conclut : "Arrêtez de prendre les paysans pour vos serfs et les consommateurs pour des idiots". 

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a également dénoncé ces propos et la politique de l'enseigne qui a contribué à faire "baisser la richesse générée par l'agriculture".

 

Ajouter un commentaire