Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

​Tomates

En juin, la demande a permis de maintenir les cours

Publié le 27/07/2017 par Aude Bressolier dans
En France, le mode de culture dominant est la culture sous serre en abris hauts (84 % des surfaces). © Fotolia
En France, le mode de culture dominant est la culture sous serre en abris hauts (84 % des surfaces). © Fotolia

Selon les dernières prévisions du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, la production nationale de tomates destinées au marché du frais s’établirait cette année à 597200 tonnes, soit une baisse de 5% sur un an mais une hausse de 2% par rapport à la moyenne 2012-2016. Et ce malgré une légère hausse de 1% des surfaces.
Comme le précise la dernière note Agreste, « la récolte serait en retrait de 10% sur un an dans le bassin Ouest, qui fournit 37% de la production et constitue le bassin producteur dominant, tous modes de production confondus. Le bassin Sud-Est, deuxième bassin producteur, verrait sa production se maintenir sur un an mais reculer de 3% par rapport à la moyenne 2012-2016. »
 

Des cours 30% au-dessus de ceux de juin 2016

Si la campagne 2017 de la tomate a débuté avec des prix situés nettement au-dessus de ceux de février 2016 et de la moyenne des cinq dernières campagnes, les prix se sont repliés en mars pour rejoindre le niveau de mars 2016 avec l'arrivée progressive de la tomate française sur les étals. En avril, dans un contexte où les volumes commercialisés tardaient à rattraper ceux de 2016, année où la campagne avait été précoce, les prix ont continué de s'élever au-dessus de la moyenne 2012-2016 et de ceux d'avril 2016. Avec la montée progressive des arrivages, les prix se sont tassés en mai, en s'inscrivant en dessous des cours de la période 2012-2016.
« Les conditions estivales ont raffermi en juin la demande qui avait tardé à se dynamiser jusque-là, contribuant à la fermeté des cours dans un contexte d'offre nationale plus restreinte qu'en 2016, précise le SSP. Les prix se sont situés 30% au-dessus de ceux de juin 2016 et 5% au-dessus de la moyenne des cinq dernières campagnes. » 

 

Ajouter un commentaire