Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Fruits et légumes frais

Des prix à la baisse cet été

Publié le 31/08/2017 par Aude Bressolier
Les Français suivent de moins en moins la recommandation "5 fruits et légumes par jour".
Les Français suivent de moins en moins la recommandation "5 fruits et légumes par jour". Photo : Éric Isselée / Fotolia

Bonne nouvelle pour le porte-monnaie des ménages français ! Cet été, les étals des fruits et légumes frais affichent une nette baisse des prix à la consommation sur de nombreux produits.

Comme le confirment les résultats du dernier observatoire des prix des fruits et légumes 2017 publié par Familles Rurales : "Entre 2016 et 2017, les fruits ont baissé de - 8 % et les légumes de - 7 %. En moyenne, un kilo de fruits coûte 3,76 € et un kilo de légumes 2,14 €." Les produits qui ont le plus baissé sont  l’abricot (- 26 %), la pomme de terre (- 22 %) et la courgette (- 20 %).

Des fluctuations de prix propres à la filière

"Les prix des fruits et légumes sont par essence variables, puisque soumis à de multiples fluctuations, tient cependant à rappeler Interfel. On ne le répétera jamais assez : chaque fruit et chaque légume présente son propre calendrier de production et de commercialisation, appelé "campagne" dont les dates de début et de fin peuvent varier d’une année à l’autre, en fonction de la météo notamment, ce qui rend d’autant plus indispensable une bonne information du consommateur. Les prix des fruits et légumes frais sont particulièrement impactés par la loi de l’offre et de la demande. Ainsi, consommer des produits de saison au cœur de la campagne, permet au consommateur d’optimiser son choix avec le meilleur rapport qualité/prix."

Ce sont d’ailleurs ces spécificités, propres à la filière, qu’Interfel entend bien rappeler lors des travaux des États généraux de l’alimentation qui se poursuivront jusqu'à fin 2017.

La FNPF dénonce la course aux bas prix

Pour sa part, la FNPF dénonce  la course aux bas prix des enseignes : "Les distributeurs, qui ont pour habitude (notamment Lidl et Intermarché) de dégrader la valeur des produits, ne valorisent aucunement la filière et sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis. Le gel du printemps dernier a frappé l’ensemble des productions arboricoles et spécialement la production de pommes. La situation difficile de l’arboriculture ne semble aucunement être prise en considération par certains distributeurs." La fédération nationale des producteurs de fruits espèrent ainsi que "le bon sens l’emportera sur la concurrence" à l’occasion des États généraux de l’alimentation.

 

Consommer mieux et plus : le défi de la filière

Mais si le panier de fruits et légumes frais s’est avéré moins cher cet été, Familles rurales s’inquiète des résultats de l’étude du Credoc, selon laquelle les Français respectent de moins en moins les recommandations du PNNS. Ils ne sont plus que 25 % à consommer au moins 5 portions de fruits et légumes par jour, un taux en baisse par rapport à 2007 et 2010

Un constat partagé par l’interprofession des fruits et légumes frais qui, à l’heure de l’ouverture des ateliers des États généraux de l’alimentation, se dit "déterminée à relever les défis de sa filière, en informant au mieux le consommateur et en créant les conditions à venir afin de permettre aux professionnels de garantir une filière compétitive et durable, et l’accessibilité des fruits et légumes pour tous."

 

Ajouter un commentaire