Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Expéditeurs et exportateurs de fruits et légumes

Congrès ANEEFEL : vers une charte qualité en F&L

Réunis en congrès à Ajaccio, les expéditeurs et exportateurs de fruits et légumes souhaitent créer un label fruits et légumes pour rassurer les distributeurs et les consommateurs. Photo : Saida Barnat.

Réunis près d’Ajaccio les 30 et 31 mars derniers, les expéditeurs et exportateurs de fruits et légumes ont manifesté leur volonté d’initier, dans une démarche de filière, la création d’une charte qualité fruits et légumes garante d’une qualité sociale et environnementale.

« La pression sociétale et commerciale est réelle côté qualité et sécurité alimentaires : les cahiers des charges des clients sont de plus en plus restrictifs, en particulier en marque distributeur !, a expliqué Régis Lhoutellier, vice-président de l’ANEEFEL, le 31 mars dernier. Pour encadrer et répondre au phénomène, il est urgent de mettre en place une charte qui garantisse à la distribution que les produits qu’elle achète sont responsables, et d’excellente qualité sanitaire. ». Pour Sabine Alary, également vice-présidente de l’ANEEFEL, « il est hors de question de multiplier les certifications. Elles sont déjà suffisamment nombreuses ! » L’idée est donc de s’appuyer sur ce qui existe déjà : FeL Partenariat, par exemple, véritable démarche d’autocontrôle portée par l’ANEEFEL, l’UNCGFL et CSIF, et qui permet aux membres de ces trois structures de répondre à leurs obligations réglementaires et aux attentes de leurs clients en matière de qualité, d'hygiène, de sécurité sanitaire et de traçabilité.

Des « ponts à trouver »

« Ce congrès est l’occasion pour nous de tendre la main vers l’amont », a rappelé Daniel Corbel, président de l’ANEEFEL. Pour Stéphanie Prat, directrice de la FNPF, le message est entendu : « Nos producteurs adhérents, qu’ils soient en OP, expéditeurs eux-mêmes ou qu’ils travaillent avec les expéditeurs, ont atteint des hauts niveaux de technicité dans leurs vergers. Il y a simplement des ponts à trouver. » Même son de cloche des côtés de Légumes de France, représenté par son président Jacques Rouchaussé, et de Felcoop, représenté par son président Jean-Michel Delannoy : un chantier est visiblement à ouvrir.

L’idée germe alors d’une charte portée par l’ensemble de la profession, qui concerne tous les produits, et qui s’obtient dès lors que la production est certifiée Global Gap et la mise en marché labellisée FeL Partenariat. Avec un peu de marketing derrière, évidemment, auquel contribuerait l’ANEEFEL. « Reste à financer la communication autour d’un tel label ! », lance alors Daniel Corbel, prudent. Pour Nicole Thuery, expéditrice dans le sud-ouest, « entre communiquer et mourir, je préfère communiquer ! »

À noter que de nombreux participants ont fait état des difficultés auxquelles ils sont confrontés face au label Vergers écoresponsables qui se développe sur pomme, poire, pêche et abricot ; la distribution leur imposant désormais cette certification. « Mais nous avons des produits tout aussi qualitatifs, si ce n’est plus, labellisés PFI ! » Si l’intelligence de l’initiative portée par l’ANPP et l’AOP Pêches et abricots a été saluée par nombre des adhérents présents, il existe une problématique concurrentielle réelle dès lors qu’une marque privée communique sur des atouts sociaux et environnementaux presque au détriment, de fait, du reste de la filière. « Il faut que nous travaillions tous ensemble à l’émergence d’une charte qualité tous produits, de nature à rassurer la distribution et le consommateur, et qui puisse porter l’ensemble de la filière », a conclu Régis Lhoutellier. Une volonté de dynamique commune qui faisait par ailleurs écho aux riches interventions de Louis Orenga, directeur général d’Interfel, de Saïda Barnat, directrice déléguée d’Aprifel, et de Ludovic Guinard, directeur délégué du CTIFL. Tous les trois étaient en effet venus présenter la nouvelle gouvernance en fruits et légumes : une filière en mode « resserré » où la recherche, l’information consommateur et la communication font preuve de cohésion. 


Ajouter un commentaire