Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Nouvel arrêté Phyto

Arboriculteurs et riverains du Limousin proposent une charte

Publié le 06/02/2017 par Fleur Masson dans
"Nous expérimentons des manches à air agricoles, véritables juges de paix, utilisables en toute saison, permettant de donner, à tous, une indication visible et lisible de la force du vent au moment des traitements", explique le syndicat AOP du Limousin.

Les ministères de l’Agriculture, de l’Environnement et de la Santé soumettent à la consultation publique le projet d’un nouvel arrêté interministériel portant sur la mise sur le marché et l’utilisation de produits phytopharmaceutiques.

L’arboriculture du Limousin, souvent stigmatisée pour son utilisation de pesticides, a travaillé en concertation étroite avec les représentants des associations de riverains défendant leur droit à la santé à la qualité de vie, des agriculteurs victimes des pesticides et des médecins. Objectif ? Elaborer une Charte qui présentant des mesures de protection visant à limiter la dérive lors des traitements et réduire l’utilisation des pesticides les plus dangereux.

"N’ayant pu nous faire entendre lors de la rédaction du nouvel arrêté, nous transmettons aux Ministères cette charte qui illustre parfaitement les insuffisances du projet d’arrêté, et qui pourrait compléter utilement les mesures, parfois difficilement applicables, de ce projet de texte. A titre d’exemple, depuis plus d’un an, nous expérimentons des manches à air agricoles, véritables juges de paix, utilisables en toute saison, permettant de donner, à tous, une indication visible et lisible de la force du vent au moment des traitements", explique le syndicat AOP du Limousin.

Signer la charte rapidement

Pour rappel : les traitements sont interdits dès lors que le vent est supérieur ou égal à l’indice 3 Beaufort, soit 19 km/h (manche à air à + de 45°) "Ces mesures, issues de la concertation étroite entre les premiers concernés que sont les utilisateurs et les riverains, ne peuvent être écartées ou ignorées et doivent être prises en compte dans ce nouvel arrêté en veillant à concilier les contraintes techniques des arboriculteurs et les besoins et attentes de protection des riverains." 

"A quelques semaines de la reprise des traitements dans les vergers, si cette charte n’est pas signée rapidement, cela conduira inévitablement à des risques de tensions et un durcissement des relations entre riverains et arboriculteurs", conclut le syndicat.

Ajouter un commentaire