Le web technique et commerce de la filière fruits et légumes

Perspectives agricoles de l’Union européenne

Une stabilité de la production de pommes et de tomates d’ici 2030

La production de pommes de l'Union européenne devrait se stabiliser au cours de la période 2018-2030. La hausse des rendements compensera le recul des surfaces. Photo : Fotolia
La production de pommes de l'Union européenne devrait se stabiliser au cours de la période 2018-2030. La hausse des rendements compensera le recul des surfaces. Photo : Fotolia

La Commission européenne a publié en décembre un rapport sur les perspectives agricoles de l’Union européenne pour la période 2018-2030. Pour le secteur des fruits et légumes, ce rapport couvre seulement les pommes, les pêches et nectarines ainsi que les tomates.
Selon les projections, la production de pommes de l'Union européenne devrait se stabiliser au cours de la période, passant de 12,7 millions de tonnes en 2018-2019 à 12,4 millions de tonnes en 2030, en raison d'une réduction de la superficie de production combinée à une augmentation des rendements. La consommation de pommes fraîches dans l'Union européenne devrait également être relativement stable (autour de 13,2kg/personne), tandis que celle des pommes transformées devrait diminuer légèrement.
 
Les pêches et les nectarines seront également confrontées à une réduction de la surface de production dans l'Union européenne, entraînant une légère baisse de la production (de 4,1 millions de tonnes en 2018 à 4 millions de tonnes en 2030). La consommation diminuera également (-0,4% par an) principalement en raison de la concurrence d'autres fruits d'été.
 

Tomate : vers une hausse de la valeur grâce à une plus grande segmentation

Selon les projections, la production de tomates fraîches devrait rester relativement stable, en baisse de 0,3% par an sur la période (de 7 millions de tonnes en 2018 à 6,8 millions de tonnes en 2030) malgré des rendements en hausse tirés par des saisons plus longues. Grâce à une plus grande segmentation des produits, la valeur de la production devrait augmenter tout au long de la période de prévision. Le rapport souligne que la consommation de tomates fraîches de l’Union européenne devrait baisser (de 14kg à 13,6kg/personne à l’horizon 2030) tandis que celle de tomates transformées devrait progresser (de 20,5kg à environ 21kg par personne en 2030). « Cette croissance sera principalement liée à la demande accrue de produits évoquant un régime méditerranéen. »
Retrouvez ici l’intégralité du rapport (en anglais) de la Commission européenne.
 

Ajouter un commentaire